•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Reportage d'Enquête : Pierre Dufour défend son ministère

Pierre Dufour parle dans un micro lors d'une conférence de presse.

Pierre Dufour, ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs (archives)

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

Radio-Canada

Le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs et ministre régional Pierre Dufour a réagi pour la première fois au reportage de nos collègues de l'émission Enquête concernant des pratiques douteuses de son ministère.

Ce reportage souligne notamment que le Québec perdrait des millions de dollars en redevances forestières parce qu’il laisse l’industrie établir elle-même la valeur marchande du bois coupé sur les terres publiques.

Quand on a des reportages de ce type, il y a toujours des éléments là-dedans qui sont importants de considérer et de revoir. À l'inverse, je pense qu'il y a des éléments qui sont assez apportés dans une simplicité, on dirait, volontaire. On ne diffuse pas tout à fait les bonnes informations et d'ailleurs, mon équipe de travail va devoir rappeler les responsables du documentaire d'hier, affirme Pierre Dufour.

Pour écouter l'entrevue complète à Des matins en or :

Le ministre Pierre Dufour réagit au reportage d'Enquête sur son ministère

Il dit avoir été touché par le témoignage de certaines personnes, dont une ancienne fonctionnaire qui affirme qu'avec le temps, les employés passent plus de temps à remplir de la paperasse qu'à aller sur le terrain. Ça, ça interpelle, parce que si les gens ne sont plus sur le terrain, qu'ils sont plus dans les bureaux, automatiquement, il y a quelque chose qui ne fonctionne plus de ce côté-là, avoue-t-il.

Le ministre Pierre Dufour concède qu’il y a des améliorations à faire dans son ministère. Il y a eu une amélioration, mais il y a encore du travail à faire, on ne se le cachera pas, il y a toujours du travail à faire. Dans une boîte de 3000 employés et plus, je peux vous dire une chose, il y a beaucoup d'interactions et il y a beaucoup d'amélioration à apporter à chaque année, dit-il.

Questionné sur son rôle en tant que ministre des Forêts, il a tenu à rappeler qu'il était également ministre de la Faune et des Parcs. La job au quotidien pour le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, et ça dit bien les trois termes, parce que je pense que ça serait bien un moment donné de sortir du cadre de l'interventionnisme de [Richard] Desjardins, qui aime dire qu'on est seulement le ministère de l'industrie, c'est l'harmonisation, l'équilibre entre les Parcs, la Faune, la foresterie. On a tous ces joueurs-là, répond-il.

Le reportage d'Enquête, mais aussi les consultations publiques annuelles sur les plans d'aménagement forestier, démontrent qu'au Québec, un arbre n'est rentable qu'une fois rendu au moulin. Il faut faire attention. Si on le regarde de cette façon-là... quand je vois la situation qu'on a en Outaouais présentement avec la problématique en foresterie, je vous dirais que ce n'est pas tout à fait le même regard qu'ils ont, donc dépendamment de la chaise dans laquelle on s'assoit, je pense que des gens ont cette perception-là, réplique Pierre Dufour.

Pourtant, la sélection des aires protégées l'automne dernier a suscité énormément de réactions quand des projets menés par des citoyens ont été balayés du revers de la main au profit de zones où on retrouve très peu de forêt.

Au niveau des aires protégées, au Québec, on a une particularité dans nos types d'aires protégées qu'on a présentées jusqu'à présent, on a 16 % sur nos 17 % qui sont en catégorie 2, et je peux vous dire une chose, le travail qui a été fait par mon collègue va permettre d'améliorer la situation des aires protégées au sud, on avait besoin de cette catégorie-là et je n'en dirai pas plus, je vais attendre qu'on fasse une entrevue directement que sur les aires protégées, je pense que ça vaudra la peine de renseigner les gens comment fonctionnent les catégories d'aires protégées, rétorque-t-il.

Trois personnes assises à une table.

Le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Pierre Dufour, lors d'une consultation sur le caribou à Ste-Anne des Monts en 2019 (archives)

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Le ministère des Forêts a fait l'objet de plusieurs reportages au cours des derniers mois, notamment concernant les aires protégées, mais aussi en raison d'une enquête de l'Ordre des ingénieurs forestiers du Québec. Le ministère est-il en train de perdre sa crédibilité?

Je ne vais pas dans le même sens que vous, je pense qu'il y a des interactions diverses. Je connais bien le président qu'on voit dans la présentation, M. Laliberté, je pense qu'il y a des enjeux chez chacun de ces groupes-là, mais ce sont des choses qu'on va adresser dans notre statutaire [vendredi avant-midi] avec mon sous-ministre, dit-il.

Quant à la portion du reportage qui porte sur son agenda, où on ne trouve que très peu de rencontres avec des groupes environnementaux, il affirme avoir rencontré la plupart de ces groupes lors de son entrée en poste il y a un peu plus de deux ans. Est-ce que j'ai rencontré plus souvent certaines compagnies minières ou certains lobbies forestiers ou des syndicats? Pas de trouble, mais quand on dit que je n'ai rencontré personne, c'est totalement faux, appuie-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !