•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un projet d'agrandissement du refuge Les bergers de l'espoir sème l’inquiétude

Édifice de trois étage au centre-ville d'Ottawa l'hiver.

Le refuge des Bergers de l'espoir d'Ottawa a reçu 10,8 millions de dollars de l’initiative pour la création rapide de logements du gouvernement fédéral.

Photo : Radio-Canada / Brian Morris

Radio-Canada

Les Bergers de l’espoir tente de rassurer les voisins de leur refuge du centre-ville d'Ottawa qu'un agrandissement futur de ses installations ne rendra pas la zone plus dangereuse, mais donnera aux sans-abri un logement plus sécuritaire et un endroit de plus pour se réfugier.

L’agrandissement est en cours de planification pour la propriété du 216, rue Murray, qui prévoit un centre de jour, une aire de loisirs, une salle à manger et une nouvelle soupe populaire.

Le bâtiment comprendra également 48 microsuites pour offrir un logement permanent.

Je pense que l'une des idées préconçues est que nous allons ajouter à la concentration dans la Basse-Ville et ce n'est pas du tout le cas, a déclaré Caroline Cox, directrice principale des communications, des services communautaires et des services bénévoles des Bergers de l’espoir.

Au fur et à mesure que nous trouverons des logements permanents pour les gens, nous réduirons le taux d'occupation de nos refuges afin de ne plus jamais retrouver des centaines de personnes dans nos installations.

Une citation de :Caroline Cox, directrice principale des communications, des services communautaires et des services bénévoles des Bergers de l’espoir d'Ottawa
Portrait de la femme devant une intersection à Ottawa.

Caroline Cox, porte-parole des Bergers de l'espoir à Ottawa, dit que le refuge tente de résoudre les problèmes de sécurité dans la région.

Photo : Radio-Canada / Brian Morris

Le refuge a reçu environ 10,8 millions de dollars de l’initiative pour la création rapide de logements du gouvernement fédéral. Le début de la construction est prévu pour 2021 et l’ouverture au début de 2022.

Des voisins s’opposent à l’agrandissement

Les résidents du voisinage des installations des Bergers de l’espoir ne partagent pas l'enthousiasme de Mme Cox.

Ils ont écrit des lettres aux dirigeants du gouvernement exigeant l’annulation du projet, alléguant que le quartier était déjà trop dangereux, avec de nombreuses entrées par effraction dans les résidences et les véhicules. Ils croient que des personnes plus vulnérables ne devraient pas être amenées dans le quartier.

La nuit, personne ne sort, c'est dangereux. Il y a eu des coups de couteau, on a [trouvé] un couteau, ça devient incontrôlable, a déclaré Julie Lanteigne, résidente du secteur qui s’oppose à l’agrandissement. Elle a dit aussi trouver régulièrement des seringues dans la rue.

Mme Lanteigne a déclaré qu'elle ne blâme pas tous les sans-abri, mais souligne que ses voisins ont peur de certaines des personnes qui fréquentent le refuge.

J'ai parlé à mes voisins, ils ont de jeunes enfants. Ils ne veulent pas que leurs enfants aillent dans la rue, a-t-elle déclaré.

Logement avec soutiens adéquats

Pour être sélectionnée pour une unité, une personne devra être considérée comme un sans-abri chronique, ce qui signifie qu'elle est soit cliente à long terme d'un refuge, soit elle vive dans la rue.

Mme Cox a déclaré que le financement est basé sur la priorisation des femmes et des peuples autochtones.

Nous savons que la solution à l'itinérance est le logement avec un soutien et c'est ce que nous visons de faire avec ce programme, soutient-elle.

Mme Cox a déclaré que le refuge essayait de disperser les services à travers la ville, donnant en exemple le nouveau refuge récemment construit, un projet de logement avec services de soutien de 42 unités sur le chemin de Montréal, une installation de 100 unités à Kanata et une autre de 50 places sur le chemin Merivale.

Le plan d'agrandissement exigerait une dérogation au zonage qui devra être approuvée par le conseil municipal.

Avec les informations de Natalia Goodwin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !