•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le plan de sauvetage des compagnies aériennes dépasserait les 7 milliards $

« Il n'est probablement pas inconcevable de parler de neuf milliards de dollars », selon Jerry Dias, président du syndicat Unifor.

Un homme regarde un avion décollé.

Le gouvernement resterait ouvert à une certaine forme de participation dans le capital des compagnies aériennes en échange de prêts à faible taux d'intérêt.

Photo : iStock

Radio-Canada

Le gouvernement fédéral serait proche d’une entente avec les compagnies aériennes sur ce qui pourrait s'avérer être un programme de soutien de neuf milliards de dollars pour l'industrie aérienne, victime elle aussi de la pandémie, a déclaré le représentant syndical d'Unifor Jerry Dias.

Des sources affirment que la plupart des compagnies aériennes demandent une aide financière d'Ottawa, mais WestJet souhaite que le gouvernement fédéral donne la priorité à l'élaboration d'un plan pour redémarrer le transport aérien en toute sécurité.

Je pense que le point de friction reste l'argent, a déclaré M. Dias, dont le syndicat représente environ 15 000 travailleurs de l'industrie du transport aérien.

Selon lui, les pourparlers entre les compagnies aériennes et le gouvernement se focalisaient à l'origine sur un éventuel prêt de 7 milliards à rembourser à 1 % d'intérêt sur 10 ans. Mais l’entente finale pourrait être beaucoup plus importante.

Il n'est probablement pas inconcevable de parler de neuf milliards de dollars.

Une citation de :Jerry Dias, président du syndicat Unifor

Ce n’est pas un plan de sauvetage. Je dirais qu’il s’agit d’un prêt à l’industrie. Compte tenu du temps écoulé et de la complexité accrue des négociations, je vous dirais que les sept milliards de dollars font maintenant office de somme plancher, et non de plafond.

M. Dias, qui indique s’être entretenu avec des représentants du gouvernement et des compagnies aériennes, qualifie les négociations de tendues et difficiles.

Entente imminente?

Ma compréhension des choses est qu'une entente est imminente, a-t-il ajouté. Mais franchement, je pensais que c'était imminent il y a plus d'un mois, donc nous verrons où tout cela nous mène. Mais ça doit être fait vite.

Le président d'Unifor a confirmé mercredi soir que, comme l'a rapporté le Toronto Star, Air Canada avait accepté, dans le cadre des pourparlers, de rembourser les passagers pour les vols annulés. La nouvelle a donné le signal qu'une entente se rapprochait.

Un représentant de Transports Canada a mentionné à CBC News que le secteur du transport aérien avait reçu 1,7 milliard dans le cadre du programme fédéral de subventions salariales depuis le début de la pandémie.

Un tableau des arrivées montre un vol annulé de Londres à l'aéroport de Fiumicino, en Italie.

Lors de la première vague, plusieurs voyageurs ont été pris au dépourvu.

Photo : Reuters / REMO CASILLI

Ce dernier a ajouté que tout soutien supplémentaire de la part des contribuables s'accompagnerait de conditions telles que des engagements à rembourser les passagers pour les vols annulés pendant la pandémie, le retour de certaines lignes régionales supprimées et le maintien des emplois.

Participations dans le capital

La ministre de l'Infrastructure et des Collectivités, Catherine McKenna, a déclaré jeudi que de bons progrès [sont] réalisés dans le cadre des pourparlers.

Nous entendons tous des Canadiens qui veulent être indemnisés, qui veulent obtenir leur remboursement et je sais que le ministre des Transports et la ministre des Finances travaillent fort pour en arriver à un accord.

Une citation de :Catherine McKenna, ministre de l'Infrastructure et des Collectivités

Le Globe and Mail a rapporté le mois dernier que le gouvernement reste ouvert à une certaine forme de participation dans le capital des compagnies aériennes en échange de prêts à faible taux d'intérêt.

La demande de WestJet, qui souhaite l’élaboration d’un plan de redémarrage du secteur plutôt qu’une aide financière, provoquerait des tensions à la table de négociation, selon des sources de CBC News.

Goldy Hyder, président du Conseil canadien des affaires, a peur que les compagnies aériennes canadiennes prennent du retard étant donné que les gouvernements d'autres pays ont déjà fourni des soutiens financiers à leurs compagnies aériennes.

Les pertes subies par les compagnies aériennes pourraient maintenant se traduire par des prix plus élevés des billets et moins d'options de voyage sur la route, selon lui. Plus nous attendons, le choix le plus probable sera limité et les coûts seront plus élevés, a-t-il conclu.

Avec les informations de Ashley Burke, CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !