•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'explosion des fusées de SpaceX n'inquiète pas les experts

Une immense déflagration.

La fusée SN10 a explosé quelques minutes après avoir touché le sol.

Photo : Reuters

Agence France-Presse

Pour la troisième fois mercredi, un prototype de la future fusée géante Starship, de la société spatiale SpaceX, a explosé lors d'un test. Ces spectaculaires images peuvent laisser croire à un fiasco, pourtant, ces incidents peuvent faire partie du cycle de développement d'un nouveau vaisseau – et même, en un sens, lui profiter.

SpaceX développe cette fusée dans l'optique de pouvoir envoyer des humains vers la Lune (dès 2023), puis Mars. Mais elle pourra aussi emporter des satellites pour les placer en orbite.

Son cylindre fait 50 mètres de haut et 9 de diamètre. La future fusée sera en plus composée d'un premier étage appelé Super Heavy, pour former un engin haut de 120 mètres au total.

Elle sera renouvelable, c'est-à-dire qu'elle pourra être réutilisée – la spécialité de la société du milliardaire Elon Musk.

C'est un lanceur lourd : elle sera capable d'emporter quelque 100 tonnes dans l'espace, selon SpaceX, qui parle du lanceur le plus puissant jamais développé.

Trois tests, trois explosions

Depuis décembre, SpaceX a réalisé trois essais de trois prototypes de cette fusée, nommés respectivement SN8 (pour « Serial number 8 »), SN9 et SN10.

Les deux premiers sont arrivés trop vite au sol au moment de l'atterrissage, et se sont écrasés dans d'énormes boules de feu. SN10, lui, a réussi mercredi à se poser à la verticale, mais a explosé au sol quelques minutes plus tard.

SpaceX n'a jusqu'à présent pas livré d'explication.

La fusée n'était pas totalement droite et a été légèrement endommagée à l'atterrissage, note Jonathan McDowell, du Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics. Même une très petite fuite de méthane pourrait avoir causé cette explosion, dit-il.

Tirer des leçons des échecs

Le propre des tests est d'acquérir de nouvelles données à analyser pour améliorer le modèle.

Les tests ne sont pas binaires, tout noir ou tout blanc, explique à l'AFP Glenn Lightsey, professeur à la Guggenheim School of Aerospace Engineering. Puisque l'explosion a eu lieu après l'atterrissage, il est très probable que tous les objectifs aient été remplis.

Le prototype a notamment atteint les 10 km d'altitude, comme prévu, et il s'est bien renversé pour se placer en position horizontale pendant son vol.

De plus, l'atterrissage à la verticale, en douceur, est une réussite spectaculaire, estime M. Lightsey, car l'engin a une méthode de décélération nouvelle.

Une vue satellitaire de la plateforme de lancement de SpaceX à Boca Boca, au Texas.

Une vue satellitaire de la plateforme de lancement de SpaceX à Boca Boca, au Texas.

Photo : Reuters / Maxar Technologies

Après chacun des trois vols, SpaceX s'est d'ailleurs félicité d'excellents tests.

Starship SN10 a atterri en un seul morceau!, s'est réjoui mercredi Elon Musk, une heure après l'explosion.

Thomas Zurbuchen, administrateur associé pour la science à la NASA, a rendu hommage à SpaceX : Bravo à l'itération sans laquelle il n'y a pas d'innovation!, a-t-il tweeté mercredi soir.

Un cadre moins exigeant qu'à la NASA

Ces lancements à répétitions sont permis par la nature même de SpaceX.

À ma connaissance, Elon Musk utilise son propre argent pour les tests de Starship, donc il n'a à répondre à personne mis à part ses actionnaires, souligne G. Scott Hubbard, un ancien de la NASA qui dirige un comité d'experts sur la sécurité pour la société.

La NASA, elle, dépend du Congrès pour ses budgets, et in fine, répond aussi au contribuable.

Cela permet à SpaceX de prendre plus de risques. Dans la phase de développement d'un projet, c'est bien mieux d'essayer quelque chose rapidement, explique Jonathan McDowell. Lorsque vous mettez des gens à bord, bien sûr, vous changez votre approche, mais à ce stade, SpaceX fait exactement ce qu'il faut faire, juge-t-il.

En acceptant plus de risques et des échecs éventuels, en tant qu'entreprise privée, SpaceX et d'autres sociétés similaires chamboulent l'industrie spatiale, résume Glenn Lightsey.

Un nouveau prototype de Starship est d'ailleurs déjà en cours de développement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !