•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une garderie ouverte 24 heures sur 24 à Kitimat dans le nord de la C.-B. en 2022

Des enfants s'amusent avec des jouets en mousse.

La coalition Child Care Advocates voit la venue d'une garderie ouverte 24 heures sur 24 à Kitimat d'un bon œil, mais soutient que le manque de places est criant dans toute la province.

Photo : iStock

À compter de 2022, il sera possible pour les parents de Kitimat, dans le nord de la Colombie-Britannique, de déposer leur enfant à la garderie avant de partir travailler pour un quart de nuit. Une garderie ouverte 24 heures sur 24 doit y voir le jour.

Ce sera une première pour une garderie du genre dans la province, indique la directrice des services à Tamitik Status of Women, Michelle Martins. L’organisme se chargera de mettre sur pied cette nouvelle garderie.

Un service de garde pour les enfants offert à toute heure du jour et de la nuit permettra notamment aux travailleurs du chantier de LNG Canada en poste pour des quarts de soir ou de nuit de profiter d’une garderie.

Même sans le secteur industriel, une communauté comme Kitimat dépend de quart de travail sur 24 heures pour notre hôpital ou pour la Gendarmerie royale du Canada. Les travailleurs du secteur de l’hôtellerie et de la vente ont aussi besoin d’heures de garderie qui ne sont pas habituelles, souligne Michelle Martins.

Après avoir obtenu un financement de la province, la garderie, qui accueillera une soixantaine d’enfants de jour comme de nuit, espère ouvrir ses portes en décembre 2022.

Un besoin pour la province

Membre de la coalition Child Care Advocates de la Colombie-Britannique (CCCABC), qui milite pour un meilleur accès aux garderies à travers la province, Sara Langlois se réjouit de la nouvelle.

Je suis contente de savoir que ça va arriver pour de vrai dans une autre région de la Colombie-Britannique, c’est super, dit-elle.

Elle indique cependant que le manque de places en garderie, et du même coup le manque de services de garde à heures flexibles, se font sentir partout en province.

La demande est tellement forte, il y a seulement 20 % de la demande qui peut être comblée par les services de garderies agréées.

Une citation de :Sara Langlois, membre de CCCABC

Ce ne sont pas tous les employés qui le demandent évidemment, mais il y a des secteurs de l'économie qui fonctionnent comme ça et ces gens-là, le service traditionnel de 8 h à 17 h, ça ne leur convient pas du tout, explique-t-elle.

L’absence d’un service de garde adéquat signifie souvent que les parents doivent trouver des solutions de rechange pour s’occuper de leurs enfants, déplore Sara Langlois, en ajoutant que ces solutions ne sont pas nécessairement de qualité ou sécuritaires.

Le coût d’une garderie aux heures flexibles peut également être un frein pour les familles.

Ce service-là est souvent beaucoup plus cher. Pourtant, les gens qui en ont besoin, ce ne sont pas toujours des travailleurs qui font énormément d’argent, explique la mère de deux enfants.

Une motion a d’ailleurs récemment été déposée par la conseillère municipale de la Ville de Vancouver afin d’augmenter le nombre de places abordables en garderie hors des heures de garde traditionnelles .

Avec des informations de Daybreak North

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !