•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ontario : le vaccin AstraZeneca distribué en pharmacie grâce à un projet-pilote

Une femme verse du vaccin de la fiole à la seringue.

Les pharmacies devront rapidement être prêtes pour pouvoir commencer à vacciner la semaine prochaine.

Photo : David Sorcher / Gouvernement de la Nouvelle-Écosse

L’Ontario a annoncé que les pharmacies de trois régions de la province vont pouvoir commencer à distribuer le vaccin AstraZeneca dès la semaine prochaine.

Les régions de Toronto, Kingston et Windsor sont celles qui sont concernées par ce projet pilote, une décision qui s’explique par le fait que ces trois régions avaient déjà des plans de vaccination avancés, selon Justin Bates, directeur général de l’Association des pharmaciens de l’Ontario.

Nous allons probablement très rapidement ajouter d’autres régions dès que de nouvelles doses seront disponibles, explique-t-il.

Nous sommes prêts à nous mettre au travail la semaine prochaine et commencer à administrer les vaccins.

Une citation de :Justin Bates.

500 000 doses du vaccin AstraZaneca sont récemment arrivées au Canada. Elles doivent être rapidement distribuées, faute de quoi elles seront vite périmées.

Selon Justin Bates, la province a décidé de s’associer au réseau des pharmacies ontariennes pour faciliter la distribution dans la mesure où celles-ci sont habituées, notamment, à distribuer le vaccin contre la grippe.

Nous travaillons depuis quelque temps déjà avec le ministère de la Santé pour préparer le lancement. [...] Nous avons travaillé sur tous les éléments opérationnels, le rythme de travail, la distribution, la logistique, explique-t-il.

Les 60 à 64 ans

M. Bates est conscient du défi considérable que constitue la distribution des milliers de doses du vaccin AstraZeneca, dans la mesure où il estime à 1,8 million le nombre d’Ontariens appartenant à la tranche 60 à 64 ans qui seront les premiers à recevoir ce vaccin.

Un homme assis à un bureau face à un micro.

Justien Bates pense que les pharmacies vont se servir de leur expérience avec le vaccin contre la grippe pour distribuer celui contre la COVID-19.

Photo : Mathieu Simard

Il est tout de même optimiste, estimant qu’il y a suffisamment de pharmacies disponibles à l’échelle de la province pour procéder aux vaccinations. Des pharmacies qui participent déjà aux campagnes antigrippe.

Pour le programme de la grippe, nous avons 3200 pharmacies qui participent à l’échelle de la province sur un total de 4600, ce qui nous donne une présence significative et un taux d’accessibilité élevé dans chaque communauté à travers la province, précise-t-il.

Nous sommes des experts en matière de vaccins, nous avons les infrastructures, l’expertise, de même que les ressources et la technologie pour rendre cela rapidement fonctionnel.

Une citation de :Justin Bates, directeur général, Association des pharmaciens de l’Ontario

L’enthousiasme de Justine Bates est partagé par Francesco Vella, pharmacien à Windsor et propriétaire de la pharmacie Medica. Il a même déjà déposé une demande pour pouvoir être une des pharmacies autorisées à distribuer le vaccin.

Un homme accoudé à un comptoir de pharmacie.

Francesco Vella est pharmacien et propriétaire de la pharmacie Medica à Windsor.

Photo : Avec l'autorisation de Francesco Vella

On est déjà préparé, on a les infrastructures, on a les frigos appropriés, puis on a le personnel pour compléter le devoir que le gouvernement nous demande. Alors on est prêt , indique-t-il.

C’est quelque chose que les pharmacies savent faire. Je suis confiant que ça va être un grand succès.

Une citation de :Francesco Vella, propriétaire de la pharmacie Medica, Windsor

M. Vella a d'ailleurs déjà pris des dispositions afin d’être en mesure de servir le maximum de personnes.

Ça va être plus qu’un travail à temps plein. [...] Normalement, la pharmacie doit être fermée à 19 h, mais on va être préparé pour rester ouvert jusqu’à 22 h le soir pour continuer à le faire, comme ça on peut faire le maximum de vaccins possible, précise-t-il.

Il espère que sa pharmacie sera sélectionnée par le gouvernement et envisage de faire des annonces dans les médias et les médias sociaux pour atteindre le maximum de personnes possibles, puisque la campagne de vaccination devrait très rapidement commencer.

De ce que j’ai compris avec les papiers, on va lancer le programme mardi. [...] J’ai quatre jours pour préparer la demande, envoyer la demande, préparer le système électronique de vaccins que le gouvernement utilise, en plus de parler avec le personnel et les autres pharmaciens qui travaillent avec moi, de renouveler les renseignements dont on va avoir besoin avec le vaccin AstraZeneca, ajoute-t-il

Modalités techniques

Dans un premier temps, 380 pharmacies environ sont concernées dans les trois zones choisies pour le lancement du vaccin. Elles ne vaccineront pas nécessairement au maximum de leur capacité, selon Justin Bates.

Vu que les doses fournies seront limitées, il s’agira d’une moyenne de 40 vaccinations par jour pour chaque pharmacie et on procèdera ainsi à partir de la semaine prochaine jusqu’à la fin du mois de mars lorsque les doses récemment reçues seront terminées, explique-t-il.

En ce qui concerne la prise de rendez-vous, M. Bates n’est pas très inquiet. Il pense que les pharmacies se serviront des moyens dont elles disposent pour gérer les demandes des personnes qui les contacteront.

De nombreuses pharmacies ont leur propre système de réservation qu’elles ont déjà intégré dans leur plateforme logicielle et leur système de gestion des médicaments, précise-t-il.

Il songe toutefois à une formule plus hybride qui offrira davantage de flexibilité aussi bien aux pharmacies qu’aux personnes qui se feront vacciner.

Vous verrez tout d’abord un modèle basé sur la prise de rendez-vous, mais un des autres bénéfices à avoir des pharmacies comme lieu de vaccinations, c'est que nous pouvons également offrir des formules sans rendez-vous qui ajoutent de la commodité pour les gens que nous servons, explique-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !