•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sophie Grégoire Trudeau refuse de vivre dans l’ombre de son mari

Sophie Grégoire Trudeau fait la démonstration qu’elle est plus que juste l’épouse du premier ministre.

Le premier ministre du Canada et sa conjointe saluent avec énergie la foule.

Justin Trudeau et Sophie Grégoire lors de la soirée électorale du 21 octobre 2019.

Photo : Reuters / Carlo Allegri

Radio-Canada

Tout comme Michelle Obama, qui a partagé sa vie avec le 44e président des États-Unis, ou Isabelle Brais, qui est la conjointe du premier ministre du Québec, Sophie Grégoire Trudeau refuse de vivre dans l’ombre de son fameux mari.

Les gens savent très bien que j’ai toute une personnalité et que je n’ai pas besoin d’être décrite comme étant l’épouse de quelqu’un pour me définir, a-t-elle déclaré au micro de l’animatrice Jhade Montpetit dans le cadre d’une entrevue menée en prévision de la Journée internationale des droits des femmes.

Si Justin était ici, je pense qu’il vous dirait : "Inquiète-toi pas, elle prend sa place!"

Une citation de :Sophie Grégoire Trudeau

Sophie Grégoire ne sent pas le besoin de plaire, ni de se conformer à l’image convenue d'une épouse de premier ministre. Il y a une certaine perception [de moi] qu’il faut peut-être un peu clarifier, reconnaît-elle, mais moi je sais qui je suis. Je n’ai pas besoin de me faire dire que je suis une bonne ou une mauvaise personne. Je connais mes valeurs.

Sophie Grégoire-Trudeau

Sophie Grégoire-Trudeau (archives)

Photo : Radio-Canada / André-Pier Bérubé

Justement, qui est Sophie Grégoire Trudeau? Officiellement, elle est la première dame du pays. Une ancienne animatrice de télévision devenue professeur de yoga et de méditation. Mère de trois enfants. Ardente défenseure de l’égalité des sexes. Porte-parole de jeunes filles actives et socialement engagées.

Mais lorsque les projecteurs s'éteignent, qui a-t-on devant nous? Je suis une maline dans le plus beau sens du terme, je suis une coquine, une amoureuse. J’aime écrire, danser, lire, jouer de la musique, chanter. J’aime inspirer les autres. Je suis en amour avec la vie dans le fonds.

Sophie Grégoire-Trudeau et Justin Trudeau

Sophie Grégoire-Trudeau et Justin Trudeau (archives)

Photo : Michel Couvrette Photographie

Une femme de valeur(s)

Plus jeune, Sophie Grégoire était une enfant sensible, qui n’avait aucune difficulté à se faire des amis. Sa mère, dit-elle, lui a enseigné l’empathie. Depuis, Sophie Grégoire veut servir et soutenir l’autre. Ce sont des valeurs qu’elle partage avec son premier ministre de mari.

Ce n'était pas le rêve de mon mari de devenir premier ministre. Le rêve de mon mari c’était de servir son pays au mieux qu’il le pouvait.

Une citation de :Sophie Grégoire Trudeau

Quand on s'est rencontré et qu’on a décidé qu’on ferait notre vie ensemble et qu’on bâtirait une famille, ce n’était pas du tout clair que ça allait se passer ça, dit-elle à propos de sa vie au 24 promenade Sussex. Moi, ce n’était pas quelque chose que je recherchais, mais la vie a fait que la fenêtre s'est ouverte et il y a eu des opportunités.

Justin Trudeau et son épouse, Sophie Grégoire, célèbrent la victoire du Parti libéral du Canada lors de l’élection générale du 20 octobre 2015.

Les libéraux de Justin Trudeau ont remporté l’élection fédérale de 2015 après avoir amorcé la campagne en troisième position (archives).

Photo : Reuters / Chris Wattie

Sophie Grégoire Trudeau tire profit de son statut de première dame pour faire rayonner des causes qui lui tiennent à cœur. J’avais déjà commencé mon propre chemin avec ce que je faisais dans ma vie à moi. L’opportunité que j’ai maintenant, c’est de rendre mon message plus clair et plus large au plus de gens possible, afin de pouvoir aider, résume-t-elle.

Je suis une rêveuse, mais une réaliste aussi.

Une citation de :Sophie Grégoire Trudeau

Sophie Grégoire Trudeau est surtout préoccupée par la santé mentale de ses citoyens et la justice homme-femme. Ces deux composantes-là dans une société sont à la source des plus grands maux qu’on peut vivre en ce moment, soutient-elle, sans ambages, dans cette façon directe qui lui est propre.

Moi, on m’a tapé sur la main il y a plusieurs années parce qu’autour de la Journée internationale de la femme (sic) j’avais dit qu’on ne pourrait pas créer l’égalité sans avoir des hommes comme étant des alliés, raconte-t-elle, rappelant que ses propos avaient suscité de la controverse.

J’ai-tu été heureuse de provoquer cette conversation-là?, lance-t-elle. La critique m’a passé par-dessus la tête. Quand l'équipe m’a dit qu’il y a de la critique, j'ai dit : Ah oui? Tant mieux! Car enfin on va parler des vraies affaires!

Je ne ressens pas le profond besoin de prouver quelque chose. Par contre, je ressens le profond besoin d’être en intégrité avec moi-même.

Une citation de :Sophie Grégoire Trudeau

Assumer sa spontanéité

Son franc-parler peut déstabiliser certaines gens qui n’ont pas l’habitude de voir une femme de premier ministre prendre la parole, en exprimant si ouvertement ses sentiments.

Sophie Grégoire Trudeau lors d'une intervention auprès des jeunes

Sophie Grégoire Trudeau lors d'une intervention auprès des jeunes (archives)

Photo : Radio-Canada

Est-ce que cette spontanéité a pu lui nuire dans ses fonctions? Non. Je dirais même que ça me sert, a répondu Sophie Grégoire Trudeau sans l’ombre d’une hésitation. Parce que sans émotion, sans passion, on fait quoi?

Oui, j’ai le feu. Oui, je suis passionnée. Oui, je suis émotive, mais en même temps j’enseigne le yoga et la méditation, ajoute-t-elle. Elle dit avoir trouvé le bon équilibre.

J’espère ne jamais perdre ce feu-là, cette passion-là et cette poésie intérieure là, tout en restant ancré dans la terre, terre-à-terre, groundée comme on dit, et en contact avec l’autre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !