•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Bloc québécois demande de protéger le système de gestion de l’offre

Des vaches se nourrissent dans une étable.

Selon le Bloc, en Abitibi-Témiscamingue, on compte 107 entreprises agricoles sous le système de la gestion de l’offre. (archives)

Photo : Radio-Canada / Christine Tremblay

Marc-Olivier Thibault

Le Bloc québécois est en pleine tournée provinciale virtuelle, visant à faire la promotion du projet de loi C-216 qui a pour objectif de protéger le système de gestion de l’offre.

Le parti demande à la population de contacter leur député fédéral et de lui demander d'appuyer le projet de loi C-216.

Selon le Bloc, en Abitibi-Témiscamingue, on compte 107 entreprises agricoles sous le système de la gestion de l’offre, soit 18,4 % de l’agriculture régionale.

Il ne faut plus sacrifier le système de gestion de l’offre dans les prochains accords de libre échange internationaux, déclare le député d’Abitibi-Témiscamingue, Sébastien Lemire.

Ce projet de loi-là, il a un seul objectif : s'assurer que dans les prochains accords de libre échange, la gestion de l'offre ne soit plus sacrifiée, explique le député bloquiste. Tant les conservateurs que les libéraux ont marchandé la gestion de l'offre. De faire des brèches à chaque fois, un 3 à 4 % dans chacun des derniers accords de libre échange, c'est 10 % des revenus que les producteurs ne peuvent plus faire. Conséquemment, on leur offre des compensations. Le gouvernement fait un chèque, un chèque qui arrive une seule fois. Qui va peut-être couvrir jusqu'en 2025. Alors l'impact est permanent.

Le projet de loi sera débattu à la Chambre des communes le 8 mars et un vote aura lieu le 10 mars.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !