•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des magasins de vélos à Calgary pédalent pour répondre à la demande

Les deux propriétaires sont présentés lors de leur entrevue.

Scott Clarke, à gauche, est le directeur des ventes à Ridley’s Cycle, et John Franzky, à droite, est le propriétaire de Bow Cycle.

Photo : Radio-Canada / Terri Trembath

Radio-Canada

Des membres de l’industrie du cyclisme peinent à répondre à la demande de nombreuses personnes en quête d’une activité physique en plein air pendant la pandémie.

Certains magasins de vélos à Calgary connaissent une augmentation des ventes et un faible niveau des marchandises, ainsi que des retards de livraison qui s’étirent jusqu’en 2022.

John Franzky, propriétaire de Bow Cycle, dont les stocks de vélos sont parmi les plus importants de Calgary, reconnaît le caractère atypique de cette montée des ventes.

Le boom qu’a connu le secteur du plein air et de l’industrie du vélo est assez irréel, confie-t-il.

C’est une bénédiction et une malédiction à la fois, reconnaît M. Franzky, dont les stocks se vident rapidement.

Même son de cloche chez Scott Clarke, le directeur des ventes de Ridley’s Cycle, dans le quartier de Kensington, qui affirme n’avoir jamais vu un hiver si occupé pour cette industrie, généralement saisonnière.

On arrive à un point où une grande partie de nos vélos sont vendus à l’avance, témoigne-t-il.

Les fabricants de bicyclettes connaissent aussi ce problème, d’après lui :  La demande est supérieure à leur production, même s’ils produisent plus que jamais.

Plusieurs vélos installés sur un présentoir en hauteur.

L’industrie du plein air et du cyclisme a connu un boom pendant la pandémie, selon le propriétaire de Bow Cycle à Calgary, John Franzky.

Photo : Radio-Canada / Terri Trambath

Le phénomène complique entre autres la commande de pièces de rechange pour les cyclistes.

La situation est un peu exaspérante, mais tout de même compréhensible pour le passionné de vélo qu'est Jeremy Cobb. C’est frustrant, admet-il. Mais je pense que les gens essaient de trouver des choses à faire en sécurité avec leur famille et à l'extérieur.

Ce nouveau défi pour les propriétaires est certes bien accueilli sur le plan commercial, mais John Franzky, de Bow Cycle, espère qu’il ne se répétera pas de sitôt.

On ne peut pas vraiment comparer une année comme celle-ci. Et, soyons honnêtes, espérons que nous n'aurons pas à la comparer à une autre année comme celle-ci, conclut-il.

Avec les informations de Terry Trambath et de Hannah Kost

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !