•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Possible première dose pour tous d'ici la fin juin au Saguenay-Lac-Saint-Jean

Une infirmière vaccine une personne.

La campagne débutera le 13 mars dans la région.

Photo : Reuters / Stephane Mahe

Si tout se déroule comme le prévoient les autorités de santé publique régionale, l’ensemble de la population du Saguenay-Lac-Saint-Jean aura eu accès à une première dose de vaccin contre la COVID-19 à la fin du mois de juin.

C’est ce qu'estime le directeur de la campagne régionale de vaccination, Marc Thibeault, qui s’est montré optimiste au cours d’une entrevue accordée à Catherine Doucet lors de l’émission radiophonique Place publique, jeudi.

Selon les explications de Marc Thibeault, qui porte aussi le chapeau de directeur général adjoint au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay-Lac-Saint-Jean, le report d’un mois du délai maximal pour l’injection de la deuxième dose du vaccin contre la COVID-19, annoncée mercredi par la santé publique nationale, a permis d’ouvrir 3500 plages horaires.

Initialement, les personnes qui ont reçu une première dose devaient recevoir la seconde au plus tard à la mi-mars. L’échéance a été repoussée à la mi-avril.

30 000 doses par semaine

Au Québec, la capacité de vaccination par semaine est de 250 000 doses. Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, la santé publique pense être en mesure d’administrer 30 000 vaccins de façon hebdomadaire. Les premiers seront donnés aux personnes âgées de 80 ans et plus à partir du 13 mars. Par la suite, Marc Thibeault estime que la campagne devrait se dérouler rondement.

On a des sites [six] qui vont nous permettre ça également. On va commencer progressivement, nos sites vont paraître beaucoup trop grands au début, mais on sait que ça va prendre de l’ampleur à partir du mois de mai et juin [….]. On appelle ça de la vaccination massive et ce sera assez massif.

Une citation de :Marc Thibeault, directeur régional de la campagne de vaccination COVID-19

Marc Thibeault ne s’inquiète pas outre mesure en matière d’approvisionnement, même si les aléas des livraisons peuvent avoir un effet domino sur le calendrier.

Les quantités et les dates ont changé en cours de route, mais pour l’instant, on est capable de planifier jusqu’à la fin avril. Ce ne sont pas toutes des livraisons garanties, mais ce sont des livraisons planifiées avec lesquelles on est capable de donner les plages de rendez-vous nécessaires, fait-il savoir.

Un demi-million de doses au total dans la région

Dans la région un demi-million de doses devraient être administrées, au total, dans le cadre de cette vaste campagne populationnelle (deux doses par personne).

On devrait terminer en septembre, si tout va bien, mais si les livraisons arrivent et d’autres vaccins se développent, on pourrait peut-être finir plus tôt. On espère qu’au mois de juin, tout le monde aura reçu sa première dose, s’est-il avancé.

Marc Thibeault s’est fait porteur de bonnes nouvelles en expliquant que le CIUSSS a reçu plus de 650 noms de personnes qui souhaitent prêter main-forte au personnel en devenant vaccinateurs. Environ 300 ont été retenues et recevront la formation nécessaire.

Les 75 pharmacies de la région sont aussi sur un pied d’alerte et prêtes à mettre la main à la pâte. Pour l’instant, les consignes n’ont pas encore été dictées par la santé publique nationale en ce qui a trait à la vaccination en pharmacie.

Le directeur de la campagne régionale attire aussi l’attention sur le fait que la région fait bonne figure en matière de vaccination, puisque le taux moyen de couverture vaccinale oscille autour de 5 %.

On a dit récemment qu’on envoyait beaucoup de vaccins à Montréal et c’est ce qui est resté dans l’esprit des gens. Ce n’est qu’une perception. La moyenne provinciale de couverture vaccinale est à 5 % et nous sommes exactement à 5 %. Montréal était, avant-hier, à 5,1 %, Québec derrière nous, donc on est vraiment dans la moyenne provinciale, réitère-t-il.

Environ 14 500 rendez-vous ont été donnés d’ici la fin avril.

Défi

Le plus grand défi de cette campagne de vaccination populationnelle sera, de l’avis du directeur, de garder les troupes motivées de façon à passer à travers l’été et faire vivre une expérience positive à toute la population.

Cette population, anticipe le CIUSSS, sera fort probablement volontaire et ouverte à se faire inoculer, si l’on se base sur la feuille de route des Saguenéens et des Jeannois en matière de vaccination.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !