•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le maire de Penticton craint l’arrivée massive de sans-abri

Gros plan du visage de John Vassilaki.

Le maire de Penticton John Vassilaki affirme que son conseil municipal se préoccupe du sort des sans-abri.

Photo : Ben Nelms/CBC

Le maire de Penticton, John Vassilaki, croit que le ministre responsable du Logement, David Eby a encouragé par ses propos de nombreux sans-abri à venir s’installer dans sa petite ville de l’Okanagan.

Mardi, le conseil municipal de Penticton a voté contre le prolongement d’une entente avec BC Housing pour loger 42 sans-abri dans l’église Victory, dans le centre-ville. Cette entente temporaire prend fin le 31 mars, mais la société provinciale de logement demande plus de temps pour lui permettre de trouver une solution permanente.

Le procureur général et ministre responsable du Logement, David Eby, a dénoncé publiquement mercredi la façon dont le conseil municipal a géré ce dossier et a promis de tout faire pour garder ce refuge ouvert. 

Je ne suis pas enthousiaste à l’idée de devoir débarquer à Penticton avec un camion rempli de tentes pour les personnes évincées du refuge par un conseil municipal qui manque de vision , a-t-il ajouté.

Le maire de Penticton qualifie ces propos de menaces et dit qu’il n’accepte pas et que le ministre David Eby ouvre les portes à une arrivée massive de sans-abri.

Tout le monde va commencer à venir à Penticton parce que le procureur général a dit que c’était acceptable et qu’il fournirait des tentes et des sacs de couchage, a-t-il indiqué à l’émission matinale de CBC à Kelowna Daybreak South

Le refuge temporaire, vu de l'extérieur, à partir de la rue.

Le conseil municipal de Penticton refuse de renouveler le permis de BC Housing pour ce refuge temporaire, notamment parce qu'il est en plein centre-ville, près d'un foyer pour personnes âgées.

Photo : Google Street View

Selon le maire, la province ne tient pas sa promesse d'aider les sans-abri. John Vassilaki indique que, lors du changement de zonage pour accepter des logements de BC Housing, la société provinciale de logement avait promis des services pour régler des problèmes de santé mentale et de toxicomanie, mais que ces services n'ont jamais été offerts. Ils ne font que placer un toit au-dessus de ces personnes, sans aucune aide, avance le maire.

La Ville de Penticton a demandé, à la fin du mois de janvier, une enquête indépendante sur la façon dont BC Housing gère ses logements dans la ville.

Le ministre David Eby a demandé à la Ville comment elle compte régler la situation. John Vassilaki lui a répondu : Nous ne prenons pas les décisions pour BC Housing.

Si rien ne change, 42 personnes se retrouveront à la rue le 1er avril prochain.

Avec les informations de Daybreak South

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !