•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Disparition de Mélissa Blais : aucun indice trouvé dans les puisards de Louiseville

Un homme qui tient un tuyau dans un puisard.

Le contenu des puisards ciblés par l'organisme Meurtres et disparitions irrésolus à Louiseville est aspiré et sera analysé, dans l'espoir de trouver le cellulaire de Mélissa Blais.

Photo : Radio-Canada / Daniel Ricard

Les recherches qui ont eu lieu jeudi après-midi à Louiseville pour tenter de retrouver le cellulaire ou toute autre chose ayant appartenu à Mélissa Blais, cette mère de famille portée disparue depuis le 2 novembre 2017, n'ont malheureusement pas permis de trouver d'indices.

En tout, huit puisards qui n'avaient jamais été inspectés depuis sa disparition ont été vidés et leur contenu, fouillé. L'idée est venue de l’organisme Meurtres et disparitions irrésolus du Québec.

Les puisards ciblés sont situés près du bar de la rue Saint-Laurent Les 2 dés où la jeune femme a été vue pour la dernière fois et dans le secteur où le signal de son cellulaire a été perdu, soit près du pont situé au coeur de la ville.

Après avoir évacué l'eau, il restait l'équivalent de deux brouettes de matières dures, a déclaré le président de Meurtres et disparitions irrésolus du Québec, Stéphane Luc, en entrevue à l'émission En direct.

Même si aucun indice n'y a été trouvé, Stéphane Luce, a le sentiment du devoir accompli.

On ne pouvait pas laisser ça comme ça et rien faire et se demander le restant de notre vie, surtout pour la famille, si on l'avait fait [d'examiner les puisards].

Une citation de :Stéphane Luce, président de Meurtres et disparitions irrésolus du Québec
Image de Mélissa Blais avec sa description

La jeune femme a été vue pour la dernière fois à Louiseville, le 2 novembre 2017. Au moment de sa disparition, elle était âgée de 34 ans.

Photo : Radio-Canada

On voyait très bien le fond des puisards, donc la famille sait que ça a été ramassé, a-t-il déclaré après la fin des fouilles.

Il affirme que des membres de la famille étaient sur place lors des fouilles. Ils étaient déçus que rien n'ait été trouvé, mais ils sont satisfaits que ces démarches aient été faites.

Le camion utilisé pour vider les puisards a été payé par la Ville de Louiseville. M. Luce affirme que la Ville a saisi l'occasion de faire du nettoyage qui était nécessaire.

Avant d’entamer les démarches pour fouiller les puisards, l’association avait demandé à la Sûreté du Québec (SQ) si les puisards avaient été fouillés. La SQ avait confirmé que ça n’avait pas été fait.

On a téléphoné au maire de Louiseville pour lui demander si des travaux de succion dans les puisards de la Ville sur Saint-Laurent avaient été effectués depuis 2017 et la réponse fut négative, a raconté le président de Meurtres et disparitions irrésolus du Québec, Stéphane Luce, en entrevue à l’émission Toujours le matin.

Le téléphone a des chances de se trouver là s’il a été mis là il y a trois ans, avait-il expliqué. Stéphane Luce affirme qu’il est presque impossible que l’eau ait soulevé le téléphone de deux pieds, la hauteur nécessaire pour être évacué dans les tuyaux de renvoi.

Une voiture au fond de l’eau?

La voiture de Mélissa Blais, une Toyota Corolla noire immatriculée Y70 FAD, n’a jamais été retrouvée après sa disparition.

En septembre, Meurtres et disparitions irrésolus du Québec a mené des recherches dans la rivière Saint-Maurice, à la hauteur de Shawinigan, dans l’espoir de localiser son véhicule.

On est certain à 95 % qu’il y a une voiture au fond de l’eau, mais on n'a juste pas réussi à aller y toucher, donc à aller l’identifier, donc il faut absolument y retourner pour aller identifier cette voiture-là, a déclaré M. Luce.

Des plongeurs à côté d'un bateau.

Une équipe de huit plongeurs ont tenté, le 26 septembre 2020, de retrouver samedi le véhicule de Mélissa Blais dans la rivière Saint-Maurice.

Photo : Radio-Canada

Il affirme que des recherches seront à nouveau menées cette année dans le secteur.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !