•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une saison des impôts qui risque d’être pénible pour certains contribuables

Un rapport d'impôt du Canada vierge.

Des contribuables qui n'ont pas prévu l'imposition de l'aide gouvernementale pourraient avoir de mauvaises surprises.

Photo : iStock

Radio-Canada

La période des impôts sera bien particulière cette année en raison de la pandémie. L’Association de protection des intérêts des consommateurs de la Côte-Nord, l’APIC, anticipe une charge de travail exceptionnelle.

Il faudra notamment rattraper le retard entraîné par la fermeture des services d’impôts, en mars dernier, en raison de la pandémie, affirme le coordonnateur de l’APIC, Frédéric Boudreault.

L’année dernière, on a dû suspendre le 16 mars, mais on a recommencé au mois de juin. On en a fait moitié moins que ce qu’on fait habituellement. On était aux environs de 475 ménages qu’on a pu aider, rapporte M. Boudreault.

On s’attend cette année à ce qu’il y ait une augmentation du nombre de personnes qui nous demande de faire leur déclaration de revenus de cette année, de l’année 2020, mais aussi celui de 2019, qui n’aurait pas encore été fait, anticipe-t-il.

Frédéric Boudreault sourit à la caméra.

Frédéric Boudreault, coordonnateur de l'Association de protection des intérêts des consommateurs de la Côte-Nord

Photo : Radio-Canada / Benoît Jobin

L’APIC prévoit également d'avoir à jongler avec les différentes prestations offertes par Ottawa pour donner un coup de pouce aux travailleurs, comme la PCU et la PCUE. Le coordonnateur de l’organisme, Frédéric Boudreault, s’inquiète que certaines personnes ne soient pas en mesure de rembourser les impôts sur ces prestations d’aide.

Ce n’est pas évident de donner un 2000 $ à une personne et de lui demander d’en garder une partie pour payer les impôts et que peut-être que la facture va arriver en avril prochain. Ça va avoir beaucoup d’impact. On s’attend qu’il y ait beaucoup de personnes qui, par le passé, étaient habituées à retirer de l’impôt. Là, elles vont en retirer moins ou même en payer, ce qui peut être une surprise, s’inquiète-t-il.

Ottawa n’imposera toutefois pas d’intérêts avant avril 2022 aux personnes qui devront payer des impôts en raison de prestations liées à la COVID-19. Une mesure similaire est espérée du côté du gouvernement provincial, ajoute Frédéric Boudreault.

En raison des mesures sanitaires en place l’APIC Côte-Nord offre, cette année, son service sur rendez-vous seulement.

Avec les informations de Laurence Royer

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !