•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une nouvelle assemblée régionale pour l’Outaouais?

Des voitures circulent sur le pont du Portage en hiver.

Les quatre MRC et la Ville de Gatineau songent à lancer l'Assemblée régionale de l'Outaouais.

Photo : Radio-Canada / Jacques Corriveau

Radio-Canada

Les quatre MRC et la Ville de Gatineau songent à lancer l'Assemblée régionale de l'Outaouais, un nouvel organisme qui permettrait à la région de se faire entendre plus fortement auprès des autres paliers de gouvernements.

L'Assemblée régionale de l'Outaouais permettrait de combler le vide laissé par la dissolution de l'ancienne Conférence régionale des élus de l'Outaouais (CRÉO).

L'assemblée qui serait une instance consultative réunirait non seulement les élus locaux, mais aussi la société civile, de même que les députés des deux paliers de gouvernements dans la région.

Quant au financement de la nouvelle instance, il pourrait être assuré en partie par des programmes gouvernementaux. Les Municipalités régionales de comté (MRC) et la Ville de Gatineau combleraient le reste à la mesure de leurs moyens .

La MRC de Papineau a déjà voté en faveur d’un financement annuel de 34 000 $ pour cette assemblée.

On va pouvoir discuter avec les gens. Présentement, pour faire le même travail, on est obligé de travailler de façon plus individuelle ou en silo, soutient Benoit Lauzon, préfet de la MRC de Papineau. Là, ce qu'on veut, c'est se donner une vision.

Selon lui, ce sera une façon de s'assurer que Québec, qui a reconnu le sous-financement régional dans plusieurs domaines, passe de la parole aux actes.

On va être bien plus fort pour réagir, si c'est tout l'Outaouais qui est assis autour de la table quand on va dire: "Nous, on est contents" ou "On n’est pas contents du bilan du gouvernement". Ça va parler très fort.

Une citation de :Maxime Pedneaud-Jobin, maire de Gatineau

Mais il y a un coût aussi à ne pas se parler. Ça veut dire qu'il peut y avoir des dédoublements, explique le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin.

Un homme accorde une entrevue via visioconférence.

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin (archives)

Photo : Radio-Canada

Il y a des MRC qui font quelque chose sans parler aux autres. Il y a Gatineau qui fait quelque chose sans savoir ce qui se passe dans le monde rural, illustre M. Pedneaud-Jobin. Donc, il y a un coût à avoir une instance régionale, mais il y a aussi un coût à ne pas en avoir.

Le maire de Gatineau dit qu’il faudra trouver un équilibre pour que cette nouvelle instance ait l’impact désiré.

Pour moi, c'est là où il faut être vigilant. Il faut être prudent, un pas à la fois. On ne veut pas avoir un monstre bureaucratique, mais il faut se parler, puis ça, pour moi, c'est essentiel, soutient le maire.

Une bonne opportunité pour les municipalités rurales

La préfète de la MRC de la Vallée-de-la-Gatineau, Chantal Lamarche, craignait au départ que les municipalités rurales soient mises de côté avec une nouvelle instance.

On a vraiment travaillé ensemble, les quatre préfets et le maire de Gatineau, on a mis beaucoup d'heures [de travail] et ma crainte n'est plus là, explique-t-elle toutefois en entrevue.

Cette dernière croit même qu'une nouvelle assemblée régionale permettra aux municipalités rurales de mieux se faire entendre. Mme Lamarche soutient avoir présenté le projet aux sept maires de sa MRC. Il devrait être adopté dans les prochaines semaines.

La préfète estime que l'assemblée pourra aussi servir à clarifier les demandes de subventions des organismes de la région. Beaucoup d'organismes déposent des demandes de financement au gouvernement du Québec, s'appellent X de l'Outaouais et donc reçoivent du financement pour l'Outaouais, mais ne viennent pas sur les territoires des quatre autres MRC, remarque-t-elle. Tu ne peux pas porter le nom Outaouais si tu ne donnes pas de services sur [le reste] du territoire.

La préfète de la MRC de la Vallée-de-la-Gatineau, Chantal Lamarche.

La préfète de la MRC de la Vallée-de-la-Gatineau, Chantal Lamarche (archives)

Photo : Radio-Canada / David Richard

Pour sa part, le ministre responsable de la région, Mathieu Lacombe, souligne l'importance de la concertation entre les différents acteurs du milieu et la population.

Peu importe la forme, la priorité, c'est de faire avancer les dossiers de la région tout le monde ensemble, ajoute-t-il.

M. Lacombe soutient que l'objectif est de réaliser des projets qui auront un impact positif sur toute la région. Si les élus estiment que cette nouvelle structure est nécessaire, nous allons travailler avec eux en ce sens, conclut-il.

Avec les informations de Nathalie Tremblay

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !