•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cinq nouveaux cas de COVID-19 répartis dans quatre MRC en Abitibi-Témiscamingue

La façade de l'hôpital en hiver.

L'hôpital de Rouyn-Noranda est le centre désigné pour les cas de COVID-19 en Abitibi-Témiscamingue.

Photo : Radio-Canada / Joël Côté

Radio-Canada

Cinq nouveaux cas de COVID-19 ont été répertoriés en Abitibi-Témiscamingue au cours des dernières 24 heures, répartis dans quatre des MRC de la région.

Selon la santé publique régionale, tous ces nouveaux cas ont été en contact avec des cas déjà connus.

De plus, trois de ces personnes auraient contracté le virus à l'extérieur de la région.

La répartition des nouveaux cas :

  • Abitibi-Ouest : 1
  • Abitibi : 1
  • Rouyn-Noranda : 2
  • Vallée-de-l'Or : 1

Le cas recensé dans la MRC Abitibi n'a aucun lien avec l'éclosion aux Jardins du Patrimoine d'Amos. Une nouvelle clinique mobile devrait tout de même y être déployée ce vendredi.

Une personne est en ce moment hospitalisée aux soins intensifs à cause du virus. 50 cas sont actuellement actifs dans la région, dont 42 dans la MRC Abitibi.

Variant

En point de presse jeudi, la Dre Sobanjo a confirmé que le variant sud-africain était non seulement toujours présent dans la région, mais y est plus prédominant que la souche initiale.

Quand vous regardez les données, chaque jour on a quatre ou cinq cas, alors qu'on a déjà vécu une période où on avait beaucoup moins de cas. On monte parfois jusqu'à presque 10 cas par jour. On aimerait n'avoir aucun cas par jour, on aimerait être en mesure de limiter ou de minimiser, parce qu'au cours des prochains jours ou des prochaines semaines, il y a déjà des assouplissements qu'on va voir. On veut savoir si on va réussir à toujours garder le contrôle, malgré ces assouplissements, malgré la relâche, malgré tout, souligne la Dre Omobola Sobanjo, médecin-conseil à la santé publique.

Contrairement à de l'information qui a circulé mercredi, il n'existe aucune preuve pour le moment que la présence du variant dans la région soit liée à l'industrie minière, selon la Dre Sobanjo.

Vaccination

Quant à la vaccination, l'Abitibi-Témiscamingue est toujours en avance sur le reste du Québec, alors que 7,4 % de la population de la région est vaccinée, contre 5 % au Québec.

La santé publique a d'ailleurs étendu la vaccination aux 70 ans et plus dans la région. Il est maintenant possible pour les personnes nées en 1951 ou avant de prendre rendez-vous.

Pour ce faire, la façon la plus simple est de se rendre sur le site web du gouvernement du Québec via Clic-Santé. Pour les personnes qui n'ont pas accès à Internet, il est possible de composer le 1-877-644-4545 et de choisir l'Abitibi-Témiscamingue pour parler à la centrale de prise de rendez-vous régionale.

Les rendez-vous sont accordés en fonction des doses de vaccin disponibles pour les différents territoires de la région et le CISSS-AT assure que les vaccins sont distribués de façon équitable entre les MRC.

Le nombre de doses qu'on reçoit, il n'est pas connu précisément à chaque semaine. Ce qu'on peut confirmer par contre, c'est qu'on a toujours notre nombre de doses en fonction de notre population. On est un peu moins de 2 % de la population au Québec et on reçoit toujours environ 2 % de l'ensemble des vaccins qui sont disponibles et distribués. Et tout ça tient compte aussi de la présence de variants, qui peut faire en sorte que pour certains territoires, on va faire en sorte d'avoir une vaccination accélérée, précise la PDG du CISSS-AT, Caroline Roy.

Le site de vaccination en Abitibi-Ouest.

La vaccination a commencé cette semaine à La Sarre.

Photo : Radio-Canada / Désiré Kafunda

Alors que certains usagers ont constaté que très peu de plages horaires étaient disponibles pour la vaccination, le CISSS-AT indique qu'il est à revoir son organisation après que le gouvernement ait annoncé que la deuxième dose pouvait être administrée jusqu'à 16 semaines après la première.

Les rendez-vous pour une deuxième dose qui étaient accordés seront donc annulés. Les personnes qui en avaient obtenu un seront contactées par la santé publique la semaine prochaine pour fixer une nouvelle date.

Le vaccin d'AstraZeneca devrait également faire son arrivée dans la région au cours des prochaines semaines, ce qui devrait permettre la vaccination à domicile pour ceux qui ne peuvent se déplacer dans un centre. Certains craignent toutefois que ce vaccin soit moins efficace contre le variant du coronavirus de l'Afrique du Sud.

L'efficacité contre le variant est moindre pour tous les vaccins. Ce n'est pas juste un vaccin ou l'autre, c'est pour tous les vaccins. Toutefois, on voit qu'il y a encore une efficacité, c'est pour ça qu'on ne peut pas prendre la chance , on doit l'utiliser, parce que plus on vaccine, plus les gens vont être protégés. On va l'utiliser, parce qu'il y a encore une efficacité. C'est un peu moindre, mais il y a encore une efficacité, souligne Dre Sobanjo.

En fonction des arrivages prévus dans les prochaines semaines, la santé publique est en mesure d'avancer que toute la population de 70 ans et plus dans la région sera vaccinée d'ici la fin avril.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !