•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Canada, chef de file du gaspillage alimentaire

Des contenants de fruits sont empilés derrière un bâtiment.

En tout, c'est près de 20 % de la nourriture produite dans le monde qui est gaspillée.

Photo : Getty Images

Radio-Canada

Le Canada est champion du gaspillage alimentaire en Amérique du Nord, loin devant les États-Unis, selon une nouvelle étude.

C'est ce que révèle un nouveau rapport de l'ONU publié jeudi. Selon l'étude, chaque Canadien jetterait 79 kg (175 lb) de nourriture par année, soit 20 kg (44 lb) de plus que l'Américain moyen.

En 2019, trois millions de tonnes de nourriture ont ainsi trouvé le chemin de la poubelle au Canada.

Le rapport rédigé par le Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE) estime à près d'un milliard de tonnes la quantité de nourriture perdue dans le monde en 2019.

Le gaspillage individuel, qui provient des foyers, est responsable de la majorité de ces pertes.

En tout, c'est près de 20 % de la nourriture produite dans le monde qui est gaspillée.

Un problème qui ne touche pas que les pays riches

Le problème est immense. C'est coûteux aux niveaux environnemental, social et économique, a déclaré à l'AFP Richard Swannel, directeur du développement de l'ONG britannique Wrap et co-auteur du rapport du PNUE.

Selon ses auteurs, le rapport présente la collecte, l'analyse et la modélisation des données sur le gaspillage alimentaire les plus complètes à ce jour.

Les fruits et légumes représenteraient près de la moitié des 150 000 tonnes de nourriture gaspillées chaque jours aux États-Unis.

Plus de 900 millions de tonnes de nourriture sont gaspillées chaque année à l'échelle mondiale.

Photo : Reuters / Ben Nelms

Des données pour l'année 2019 ont été recueillies dans 54 pays, développés comme à bas revenus. Ces données concernent la vente au détail, les restaurants et les ménages.

Résultat des compilations, modélisées ensuite à l'échelle mondiale : 931 millions de tonnes d'aliments sont jetées par an.

Et contrairement à une idée reçue, ces données montrent que le phénomène touche tous les pays, quels que soient leurs niveaux de revenus.

Jusqu'à présent, le gaspillage alimentaire était considéré comme un problème de pays riches. Mais notre rapport montre que dans chaque pays l'ayant mesuré, le gaspillage domestique est un problème.

Une citation de :Clementine O'Connor, co-auteure du rapport

Selon l'ONU, près de 700 millions de personnes à travers le monde souffrent de la faim et 3 milliards n'ont pas accès à une alimentation saine. La population mondiale est estimée à 7,8 milliards d'individus.

Gaspillage alimentaire et changements climatiques

L'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) compile de son côté un rapport sur les pertes alimentaires, mesurées au niveau de la production agricole et de la distribution.

Selon ses chiffres, environ 14 % des aliments produits dans le monde sont perdus avant même de parvenir sur le marché, soit un montant de quelque 400 milliards de dollars par an, à peu près le PIB de l'Autriche.

Si le gaspillage et les pertes alimentaires étaient un pays, il serait le troisième émetteur au monde de gaz à effet de serre, relève Richard Swannel. Il faut réparer le système alimentaire si on veut s'attaquer au changement climatique, et une des priorités c'est de s'occuper des déchets.

Lorsque ces déchets se retrouvent au dépotoir, leur processus de décomposition émet du méthane, un puissant gaz à effet de serre.

Un des objectifs de développement durable de l'ONU prévoit une réduction de moitié du gaspillage alimentaire, tant chez les consommateurs que dans les commerces de détail d'ici 2030.

Les Nations unies doivent d'ailleurs organiser à l'automne le tout premier sommet sur les systèmes alimentaires, visant à des modes de production et de consommation plus sains, durables et équitables.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !