•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’agrandissement de deux établissements carcéraux dans le Nord débutera en avril

Un détenu regarde par une fenêtre avec des barreaux dans une prison.

La construction attendue depuis plusieurs années d’un nouveau Complexe correctionnel à Thunder Bay est toujours en phase de planification.

Photo : Getty Images / Peter Macdiarmid

Après plusieurs mois d’attente, le gouvernement ontarien débutera les travaux d’agrandissement de la prison de Kenora et du centre correctionnel de Thunder Bay en avril afin de résoudre temporairement les problèmes de surpopulation.

La compagnie de construction Bird Construction Inc. sera chargée de l’expansion des deux établissements qui devraient être fonctionnels au printemps 2022.

Cependant, la construction attendue depuis plusieurs années d’un nouveau Complexe correctionnel à Thunder Bay - qui fusionnera la prison et l’actuel centre correctionnel - est toujours en phase de planification.

La façade de la prison presque centenaire de Thunder Bay en Ontario.

Les gardiens de prison dénonçaient depuis longtemps la vétusté des établissements carcéraux de la région de Thunder Bay.

Photo : CBC/Nicole Ireland

Nous continuons de travailler avec Infrastructure Ontario sur ce projet, a assuré la solliciteure générale Sylvia Jones en conférence de presse.

Les travaux permettront à chaque établissement de gagner environ 1 500 à 2 000 mètres2 (5 000 à 6 500 pieds2), soit la superficie d’une patinoire de hockey.

Le coût total du projet reste toutefois à déterminer, selon le PDG d’Infrastructure Ontario, Michael Lindsay.

Des améliorations attendues

Avec l’agrandissement des deux établissements carcéraux de Thunder Bay et Kenora, la solliciteure générale souhaite renforcer la sécurité du personnel et des détenus.

Mme Jones estime également que l’espace supplémentaire permettra de fournir davantage de programmes d’aides destinées, notamment, aux Autochtones et aux personnes souffrant de problèmes de santé mentale ou de dépendances.

Des lits seront exclusivement dédiés à des personnes souffrant de problèmes sévères de santé mentale, a-t-elle illustré.

Le syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario, dont font partie les travailleurs de la prison de Kenora et du centre correctionnel de Thunder Bay, accueille favorablement la nouvelle, mais s’inquiète de délais de construction en raison de la COVID-19.

Notre système correctionnel est négligé depuis plusieurs années alors cet investissement est une bonne nouvelle, juge le président du Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario (SEFPO), Warren Smokey Thomas.

La branche locale du SEFPO représentant les employés de l'établissement de Thunder Bay remet en question le fait de prioriser l'agrandissement d'infrastructures existantes à la construction d’un nouveau Complexe correctionnel.

C'est très préoccupant qu'ils aient été en mesure de mettre en branle ce projet si rapidement, alors qu'on attends un nouvel établissement depuis quatre ou cinq ans.

Une citation de :Shawn Bradshaw, président du syndicat des employés du Centre correctionnel de Thunder Bay
Un portrait de Shawn Bradshaw.

Shawn Bradshaw, président du syndicat des employés du Centre correctionnel de Thunder Bay (archives).

Photo : CBC/Nicole Ireland

De son côté, le grand chef de la Nation Nishnawbe Aski, Alvin Fiddler, espère que l’expansion des bâtiments améliorera les conditions de détention et permettra aux détenus autochtones de participer à des cérémonies traditionnelles.

À la prison de Kenora, environ 90 % des détenus sont des membres des Premières Nations.

J’ai été dans les établissements de Kenora et Thunder Bay, je sais qu’elles ne sont pas sécuritaires, surtout avec la pandémie, a témoigné Alvin Fiddler.

Des dirigeants et organismes autochtones pourront s’exprimer au sujet de la conception des nouveaux locaux et d'autres aspects culturellement appropriés des installations, assure le gouvernement provincial dans un communiqué de presse.

Établissements surpeuplés

L’annonce de la solliciteure générale fait écho à une longue série de choquantes révélations sur les conditions dans les établissements correctionnels du nord-ouest de l'Ontario.

La majorité des personnes qui y sont incarcérées sont en attente de leur procès.

Les cellules construites pour contenir deux personnes sont souvent occupées par quatre personnes, ce qui oblige une personne à dormir à côté des toilettes et une autre sous la couchette du bas, selon le directeur de la prison de Kenora.

Avec les informations de Zacharie Routhier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !