•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

PR Transpo : la deuxième fois sera-t-elle la bonne?

L'intérieur d'un bus vide.

PR Transpo misera dorénavant sur un modèle de transport sur demande.

Photo : Radio-Canada / Denis Babin

La première tentative des Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR) de mettre sur pied un service de transport intermunicipal n’a pas été couronnée de succès. Le gouvernement régional est donc retourné à sa planche à dessin afin de proposer une nouvelle mouture du projet-pilote.

Lancée à l’automne 2019, l’ancienne version de PR Transpo, qui portait sur des horaires et des trajets fixes, n’a jamais donné les résultats escomptés.

La pandémie de COVID-19, qui a forcé l’arrêt complet du service en mars dernier, lui a donné le coup de grâce.

Ce n’était pas utilisé comme on aurait voulu, parce que [ça ne correspondait] probablement pas à ce que les gens auraient voulu, pense la directrice du développement économique et touristique des CUPR, Carole Lavigne.

Les CUPR vont dorénavant miser sur un modèle de transport sur demande qui, croit Mme Lavigne, offrira davantage de flexibilité aux utilisateurs.

Celui-ci est en grande partie inspiré du service offert par la Ville de Deseronto, située entre Kingston et Belleville.

À Deseronto, ils ont vu une augmentation d’achalandage de 300 %. Est-ce qu’on va voir la même chose [ici] ? On va l’essayer et voir s’il y a une augmentation, ajoute Mme Lavigne.

Une personne assise devant un micro.

La directrice du développement économique et touristique des CUPR, Carole Lavigne.

Photo : Radio-Canada / Denis Babin

Une application pour planifier ses déplacements

Les itinéraires des chauffeurs seront déterminés par un algorithme. Une application sera mise à la disposition des utilisateurs pour la planification de leurs déplacements.

Celle-ci va aussi permettre à PR Transpo de recueillir une foule de données lui permettant d’adapter son offre.

On va avoir des statistiques sur les demandes. On va connaître les heures que les gens veulent pour le transport, explique la directrice du développement économique et touristique des CUPR.

Rendre le service accessible, même sans Internet

Les réservations pourront aussi être faites par téléphone. Un détail qui est loin d’être anodin, indique Anne Jutras, directrice générale du Centre Novas-CALACS francophone de Prescott-Russell et présidente du comité consultatif, Bien vieillir.

[Certaines] personnes [...] n’ont pas nécessairement accès à Internet, [...] n’ont pas la facilité d’utilisation d’Internet. Alors, on nous a garanti aux [CUPR] qu’il y a avait une version beaucoup plus soft, indique Mme Jutras.

Une personne est interviewée debout devant des drapeaux.

Anne Jutras, directrice générale du Centre Novas-CALACS francophone de Prescott-Russell et présidente du comité consultatif, Bien vieillir (archives)

Photo : Radio-Canada / Christian Milette

Cette dernière salue la poursuite des efforts visant à implanter un service de transport collectif dans la région. Elle croit que la nouvelle mouture de PR Transpo saura mieux répondre aux besoins de sa clientèle.

D’avance, je peux dire que j’ai besoin de me rendre à telle heure, à telle place et [que] je veux revenir à telle heure, à telle place, illustre Mme Jutras.

PR Transpo doit reprendre du service sous sa nouvelle forme le 1er juin prochain.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !