•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La pandémie entraîne 7 nouveaux décès et 542 infections en C.-B.

Des gens marchent au bord de l'eau à Vancouver.

Les autorités de la santé de la Colombie-Britannique demandent aux gens de rester en petit nombre et dans leur communauté afin de freiner la propagation du virus causant la COVID-19 dans la province.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms (CBC)

Mercredi, les autorités de la santé de la Colombie-Britannique signalent 542 nouvelles infections au SRAS-CoV-2 et 7 décès supplémentaires dus à la COVID-19 en 24 heures.

Depuis le début de la crise sanitaire, 81 909 personnes ont contracté le nouveau coronavirus dans la province. La maladie a tué 1372 des personnes infectées.

Il y a 4654 cas d'infections actives de la COVID-19, avec 8617 personnes sous surveillance par la santé publique parce qu'elles ont été exposées au virus. Et parmi les cas actifs, 246 individus sont actuellement hospitalisés, dont 64 aux soins intensifs.

Aucune nouvelle éclosion du virus n'a été rapportée dans les établissements de santé.

Le ministère de la Santé continue d'être particulièrement préoccupé par les cas d'infections dus aux variants du SRAS-CoV-2. Celui-ci a recensé 18 nouvelles infections dues aux variants, portant leur nombre à 200. Il y a actuellement, 11 cas d'infections actives aux virus variants dans la province.

Un plan de vaccination encouragé

La Colombie-Britannique a administré 289 809 doses des différents vaccins contre la COVID-19, de ce nombre, 86 616 sont des doses de rappel.

Plus tôt dans la journée, le Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI) a recommandé que l’intervalle entre les deux doses de vaccin passe à un maximum de quatre mois afin de maximiser le nombre de personnes qui pourront recevoir rapidement une première dose, dans un contexte où l’offre de vaccins est limitée.

Lundi, quand les autorités sanitaires de la Colombie-Britannique ont annoncé que l'intervalle serait de quatre mois entre les doses dans la province, plusieurs ont décrié leur décision.

Elles sont donc heureuses de constater [que] le Conseil consultatif national de l'immunisation, ainsi que le Conseil des médecins hygiénistes en chef du Canada ont approuvé cette approche.

Le ministre de la Santé, Adrian Dix et la Dre Bonnie Henry ont ajouté que l'approche choisie permettra de donner plus rapidement une meilleure sécurité sanitaire aux Britanno-Colombiens. Ils ont rappelé que tant que l'immunité de groupe ne sera pas atteinte les restrictions imposées aux interactions sociales et aux déplacements devront rester en place.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !