•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de 700 candidatures reçues pour des emplois étudiants à Saguenay

Une fille habillée en employée municipale tient une plante dans ses mains.

Les vidéos de Saguenay seront accessibles sur TikTok à compter du 1er février.

Photo : Capture d'écran

Radio-Canada

La campagne de recrutement pour les emplois étudiants de la Ville de Saguenay, qui s'est déroulée en partie sur les réseaux sociaux, a connu un vif succès. En quelques semaines seulement, plus de 700 candidatures ont été reçues.

La campagne a pris fin la semaine dernière. L'objectif était d’embaucher 214 jeunes pour pourvoir tous les postes estivaux.

Bien que le nombre des 700 candidatures ait été dépassé, la Ville invite tout de même les étudiants à continuer de faire parvenir leur curriculum vitae.

L’an dernier, la campagne de recrutement a suscité beaucoup moins d’engouement et en 2019, une deuxième phase a été requise pour obtenir un nombre nécessaire de candidatures.

Rejoindre les jeunes là où ils se trouvent, c’est-à-dire sur les réseaux sociaux, s’est avéré la clé. Le 1er février la Ville a lancé sa campagne de recrutement sur TikTok, en plus de continuer d’afficher les emplois à pourvoir selon les méthodes traditionnelles.

Cette année, on a utilisé de nouvelles méthodes. On a des jeunes en communication qui sont arrivés avec de nouvelles suggestions et ça a porté ses fruits. Il y a eu beaucoup plus de réponses cette année , relate le conseiller municipal Marc Bouchard, qui préside la commission des ressources humaines de Saguenay. Les trois vidéos publiées sur TikTok avaient été vues 659, 739 et 1234 fois en date du 3 mars.

Pour être admissible à un emploi étudiant à Saguenay, il faut être âgé d’au mois 15 ans. Pour certains domaines, l’âge minimum est 16 ans.

Roberval mise sur les réseaux sociaux

Au Lac-Saint-Jean, Roberval a fait le choix de mener sa campagne exclusivement sur les réseaux sociaux. La cité riveraine a même cessé d'acheter de la publicité dans les médias traditionnels. D'autres municipalités, comme Métabetchouan-Lac-à-la-Croix, ont plutôt opté pour une hausse du salaire en guise d’incitatif pour attirer les étudiants.

Avant, c'était le salaire minimum, point. Aujourd'hui, on a des critères. Tout dépendant de l'âge et de leur formation, on est capables de donner un petit peu plus au niveau des salaires, fait valoir le maire de Métabetchouan-Lac-à-la-Croix, André Fortin.

Il rappelle l’objectif de la municipalité, qui est de permettre aux jeunes de dénicher un emploi chez eux.

Si on fournit de l'emploi à nos jeunes chez nous, on a peut-être des chances qu'après, ils travaillent pour la Ville ou dans notre communauté à l'année, parie le premier magistrat, qui a remarqué, au fil des ans, une baisse de l’intérêt des jeunes à l’égard des emplois municipaux.

D'après le reportage de Titouan Bussiere

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !