•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des chercheurs se penchent sur l'impact de la COVID-19 dans les écoles de Vancouver

Une table dans une classe avec des objets dessus et un enseignant à son bureau.

L'étude souhaite déterminer le taux d'exposition au virus, l'impact de la pandémie sur la santé mentale et la réceptivité des enseignants à la vaccination.

Photo : Radio-Canada / Noémie Moukanda

Une équipe de chercheurs de la Colombie-Britannique veut évaluer les effets de la pandémie sur le milieu scolaire. Pour ce faire, elles examineront, entre autres, le taux d'exposition à la COVID-19 des enseignants et du personnel du Conseil scolaire de Vancouver (VSB) ainsi que l’impact de la pandémie sur leur santé mentale.

L’étude est menée en parallèle avec l’Ontario et le Québec et est financée par le Groupe de travail sur l’immunité face à la COVID-19 (GITC) créé par le gouvernement du Canada en avril 2020 pour guider sa réponse à la pandémie.

Les chercheurs souhaitent recruter plus de 3000 personnes prêtes à effectuer un test sérologique : une prise de sang qui détermine la présence d’anticorps au virus qui cause la COVID-19. Ils pourront ainsi déterminer combien d'enseignants ont été infectés par le SRAS-CoV-2.

Ils observeront également les différents facteurs scolaires comme le nombre d’étudiants dans les classes et leur âge afin de comprendre ce qui influe sur les risques d’exposition des enseignants.

On soupçonne déjà qu’il y a très peu de transmission. Ça arrive, mais c'est peu fréquent dans le milieu scolaire, explique le médecin chercheur chargé de l’étude, Pascal Lavoie, de l’Hôpital pour enfants de la Colombie-Britannique.

Les données recueillies seront modélisées par le département de mathématique de l’Université de la Colombie-Britannique et permettront d’appuyer ou d'infirmer cette hypothèse, explique le chercheur.

Un groupe témoin composé de membres du personnel des écoles de Vancouver qui ne sont pas en contact direct avec les enfants permettra de comparer les résultats avec les enseignants qui sont en contact avec les élèves.

L’étude cherchera également à comprendre dans quelle mesure les enseignants sont réceptifs à l’idée de recevoir le vaccin contre la COVID-19.

Nous espérons que cela va être utile pour informer les planifications subséquentes pour la vaccination dans ce groupe de travail, dit le Dr Lavoie, en ajoutant que le moment est idéal pour une telle étude, puisque la deuxième vague d'infections est en recul dans la province.

Mesurer l’impact sur la santé mentale

Un questionnaire sera remis à tous les participants afin de mesurer l’impact que la pandémie et les mesures sanitaires imposées dans les écoles ont eu sur la santé mentale des enseignants et du personnel.

Le Conseil scolaire de Vancouver appuie cette initiative conjointe de l’Hôpital pour enfants, de l’Université de la Colombie-Britannique et de la Régie de la santé Vancouver Coastal.

Le Conseil est heureux de promouvoir un travail aussi important et de soutenir le travail de l’équipe de recherche, indique la surintendante, Suzanne Hoffman, dans un communiqué.

À cause de la complexité et de l’envergure de l’étude, la date du dévoilement des résultats n’a encore été déterminée.

Le plus tôt sera le mieux, assure le Dr Lavoie.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !