•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dix semaines pour construire un immense bonhomme de neige

Un grand-père pose devant un bonhomme de neige.

Michel Campeau pose fièrement avec 8 de ses petits-enfants.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

Radio-Canada

Michel Campeau, de Timmins, vient de fabriquer un énorme bonhomme de neige. Une œuvre entièrement faite à la main afin de faire sourire ses 11 petits-enfants.

J’ai commencé à la mi-décembre en faisant une rampe pour amener la neige.

Une citation de :Michel Campeau

Dix semaines plus tard, cette rampe est devenue une glissade de près de 40 mètres (125 pieds) pour ses petits-enfants.

Le défi était de taille pour Michel alors que Timmins a reçu très peu de neige.

Je partais avec mon quatre roues, je remplissais le traîneau de neige et je le vidais en bas de la rampe. Ma femme et moi, on poussait la neige avec nos pelles jusqu’au sommet.

Une citation de :Michel Campeau

À l’image des Égyptiens qui poussaient leurs pierres au sommet de la pyramide à l’aide d’une rampe... Michel estime s’être rendu au sommet 3347 fois avec de la neige dans sa pelle, pour environ 5000 voyages au total.

Des enfants qui glissent sur la neige.

Les petits-enfants se plaisent à glisser sur la rampe qui mène à la tête du bonhomme.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

C’est de l’ouvrage, je mettais environ 4 à 5 heures par jour, 6 jours par semaine, relate l'homme de 57 ans.

Chaque petit détail du bonhomme est aussi fait à la main, des boutons jusqu'à la carotte du nez.

J’ai coupé du bouleau pour faire les yeux, le nez c’est un tronc d’arbre de 6 pouces de gros que j’ai sculpté et peinturé orange.

Une vie à faire des bonshommes

Depuis sa tendre enfance, M. Campeau fait des bonshommes de neige.

Je ne le fais pas seulement pour mes petits enfants, mais pour voir la communauté sourire, dit le grand passionné de l'hiver.

Petits et grands s’arrêtent devant la sculpture de la résidence de la famille Campeau, au 688 chemin Carignan.

Le maire de Timmins est venu prendre sa photo ce week-end, raconte fièrement Michel.

Le maire de Timmins George Pirie pose devant le bonhomme de neige de la famille Campeau.

La publication du maire George Pirie, lundi, a suscité beaucoup d'admiration pour Michel Campeau parmi les citoyens de Timmins.

Photo : Facebook: The City of Timmins

Ce bonhomme de neige n’est pas son premier projet à attirer l’attention de la presse. L’une de ses créations s’est retrouvée à la une d’un journal en France.

Il y a quelques années, mon voisin recevait un Français. Il était ébahi par mon bonhomme de 20 pieds, qu’il l’a envoyé à tous ses contacts.

Michel Campeau et sa femme devant un bonhomme de neige.

En 2015, Michel construisait dans sa cour de Connaught ce bonhomme de 4,5 m. Les autobus scolaires faisaient un détour dans sa cour pour l'admirer.

Photo : Courtoisie Michel Campeau

C’était mon dernier bonhomme de neige

En début de saison, Michel a annoncé à sa famille que ce serait sa dernière construction du genre. Atteint de neuropathie périphérique, il a presque perdu toute sensibilité dans ses jambes.

Quand j’ai été voir un spécialiste, ils m’ont dit que mes nerfs meurent. Je ne sens plus mes pieds. Ça va continuer jusqu’à atteindre mes hanches, ajoute le natif de Hearst.

Pour son dernier bonhomme, Michel voulait le rendre jusqu’à 12 mètres, ou 40 pieds. Ses problèmes de santé auront finalement eu le dessus sur lui.

Je suis tombé plusieurs fois en montant la rampe à cause que je n’ai plus de sensation. Je ne sens plus le niveau. Je ne sentais pas le froid dans mes pieds. Quand mes mains étaient gelées, je rentrais, comme mes pieds devaient l’être aussi.

Son bonhomme de neige est aussi accessible pour les gens en fauteuil roulant.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !