•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 en Alberta : 12 dates importantes de 12 mois de pandémie

Un homme portant un masque.

Une année complète s'est écoulée depuis la découverte du premier cas de COVID-19 sur le territoire albertain.

Photo : Kevin Brine

Radio-Canada

Le moins qu'on puisse dire, c'est que les 12 derniers mois n’ont pas été ordinaires. Qui aurait pu prédire, il y a un an, que 365 jours plus tard nous serions toujours aux prises avec la COVID-19? Pour souligner le premier anniversaire du premier cas de la maladie détecté en Alberta, nous vous offrons un retour sur 12 dates qui ont marqué les 12 derniers mois de pandémie.

5 mars : Premier cas

La province est la quatrième après l’Ontario, la Colombie-Britannique et le Québec, à répertorier un cas sur son territoire : il s'agit d'une femme dans la cinquantaine qui revenait d’un voyage sur un bateau de croisière.

Rapidement, les cas se multiplieront, mais à l’époque, personne ne s’imagine la tempête à l'horizon.

15 mars : Fermeture des écoles

En 10 jours, l’Alberta passe de 1 à 56 cas. Leur multiplication rapide force le gouvernement à mettre en place des mesures pour tenter de freiner le coronavirus. Les écoles, les collèges et les universités sont fermés pour le reste de l’année scolaire.

La province déconseille fortement les voyages à l’extérieur de l’Alberta. Ceux qui reviennent d'un voyage à l'étranger doivent s’isoler.

17 mars : État d’urgence

Avec 97 cas de COVID-19 sur son territoire, le gouvernement décrète l’état d’urgence sanitaire, ce qui lui permet de prendre des mesures extraordinaires.

Les rassemblements de plus de 50 personnes sont interdits, sauf pour les services essentiels. Les casinos, les boîtes de nuit, les centres récréatifs et sportifs ferment. Les cafés et restaurants doivent limiter leur clientèle à 50 % de leur capacité habituelle.

Un comptoir de viande presque complètement vide.

Avec la multiplication des cas et les rumeurs de confinement, les Albertains se sont rués dans les magasins pour faire des réserves, laissant les tablettes pratiquement vides.

Photo : Radio-Canada / Melanie Morin

Je reconnais que ces mesures vont avoir un profond impact sur la vie des Albertains, mais elles sont franchement nécessaires face à cette pandémie grandissante, affirme alors le premier ministre, Jason Kenney.

19 mars : Premier décès

L’Alberta annonce une première mort liée à la COVID-19, celle d'un homme dans la soixantaine.

Bien que cela soit tragique, il fallait s’y attendre, admet alors la médecin hygiéniste en chef de l’Alberta, Deena Hinshaw.

Plan épaules de la Dre Deena Hinshaw en conférence de presse.

Deena Hinshaw lors d'un de ses nombreux points de presse pour informer la population albertaine des derniers développements concernant la crise sanitaire.

Photo : La Presse canadienne / Jason Franson

27 mars : Fermeture de tout service non essentiel

Puisque les cas de COVID-19 continuent de se multiplier, le premier ministre annonce des mesures draconiennes pour tenter de freiner la propagation de la maladie. Les services jugés non essentiels, tels que les salons de coiffure et d’esthétique ainsi que les magasins de vêtements, doivent temporairement fermer.

De plus, le nombre maximum de personnes permis lors d'un rassemblement passe de 50 à 15, et les soins de santé non urgents sont reportés à une date indéterminée.

14 mai : Relance de l’économie

Après des semaines de confinement, les Albertains découvrent le plan de relance de l’économie du gouvernement, le 30 avril. La première phase entre en vigueur le 14 mai avec la réouverture de certains services, dont les musées, les restaurants, les garderies, les salons de coiffure et les marchés fermiers.

Les rassemblements de plus de 15 personnes restent interdits, ce qui entraînera l’annulation de nombreux événements estivaux.

31 août : Retour à l’école

Les élèves albertains retournent progressivement en classe au début du mois de septembre. La pandémie force toutefois les établissements scolaires à mettre en place des mesures sanitaires pour protéger leurs employés, les élèves et leur famille.

Quant aux collèges et aux universités, les cours reprennent également, mais en ligne.

12 novembre : Deuxième vague, nouvelles mesures

Le nombre de cas explose pendant l’automne, et les malades affluent dans les hôpitaux ce qui force le gouvernement à instaurer de nouvelles restrictions sanitaires.

Les activités intérieures de groupe sont interdites pour certains secteurs de la province, et le nombre de personnes permises lors de services religieux, de mariages et de funérailles est restreint.

Ces mesures ne seront toutefois pas suffisantes, et des mesures supplémentaires seront annoncées le 24 novembre.

Jason Kenney conférence de presse. À sa gauche se trouve un homme traduisant les propos du premier ministre en langue des signes.

Le premier ministre albertain Jason Kenney lors de l'annonce de nouvelles restrictions le 24 novembre.

Photo : Radio-Canada

Les rassemblements intérieurs sont interdits, même dans les maisons privées et ceux qui se passent à l’extérieur ne peuvent pas dépasser 10 personnes.

Certaines entreprises doivent fermer leurs portes, alors que d’autres doivent réduire encore plus leur capacité d’accueil ou fonctionner sur rendez-vous seulement.

Les élèves de la 7e à la 12e année sont envoyés à la maison pour des cours en ligne jusqu’au retour du congé du temps des Fêtes.

8 décembre : Encore plus de mesures

L’Alberta annonce plus de restrictions : tous les rassemblements, autant à l’intérieur qu’à l’extérieur, sont interdits.

Conséquences : les Albertains ne pourront célébrer Noël et le jour de l’An qu’avec les personnes vivant dans leur foyer, sauf pour les personnes vivant seules qui peuvent avoir des contacts avec deux autres personnes.

Le port du masque devient obligatoire dans toute la province pour tous les lieux publics intérieurs, y compris les lieux de travail.

Certains commerces doivent fermer, et ceux qui peuvent rester ouverts doivent respecter des règles strictes sur leur capacité d’accueil.

15 décembre : Premiers vaccins

Moment important dans la lutte contre la COVID-19 : les premiers Albertains, tous des professionnels de la santé, sont vaccinés. Une inhalothérapeute d’Edmonton est la première à recevoir une dose de vaccin.

Sahra Kaahiye est assise aux côtés d'une femme qui a une seringue dans la main et qui s'apprête à piquer Sahra.

Sahra Kaahiye, la première Albertaine à avoir reçu le vaccin contre la COVID-19, au moment de la piqûre.

Photo : Services de santé Alberta

28 décembre : Premier cas de variant

La médecin hygiéniste en chef annonce qu’un premier cas du variant d’abord identifié au Royaume-Uni a été détecté en Alberta. La personne était de retour d’un voyage dans ce pays.

Puis, le 8 janvier, Deena Hinshaw annonce un premier cas du variant originaire d’Afrique du Sud, le premier au Canada. La personne concernée avait récemment voyagé à l’étranger.

31 décembre : Des députés surpris à l'étranger

Alors que les voyages non essentiels sont toujours déconseillés, les Albertains découvrent que leur ministre des Affaires municipales s’est rendue à Hawaï dans le temps des Fêtes. Dans les jours qui suivent, les voyages de nombreux autres députés seront découverts.

Le scandale éclabousse le premier ministre, qui n’a d’autre choix que d’accepter la démission de certains de ses députés ainsi que de son chef de cabinet et de rétrograder certains autres députés. Cependant, ils restent tous au sein du caucus du Parti conservateur uni.

Bannière image pour l'appel à témoignages.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !