•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quatre mois maximum entre deux doses de vaccin, recommande le comité fédéral

Une infirmière vaccine un homme.

Un homme est vacciné contre la COVID-19 par une infirmière le 1er mars 2021 au stade olympique, à Montréal.

Photo : Reuters / Christinne Muschi

Radio-Canada

Le Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI) recommande que l’intervalle maximum entre deux doses de vaccin contre la COVID-19 passe à quatre mois, afin de maximiser le nombre de personnes qui pourront recevoir rapidement une première dose, dans un contexte où l’offre de vaccins est limitée.

Dans la foulée, le Québec, l'Ontario, l'Alberta et le Manitoba ont annoncé mercredi qu’ils offriront la seconde dose de vaccin dans un intervalle de 16 semaines (quatre mois).

Les autorités provinciales espèrent ainsi protéger davantage de personnes en permettant à plus de gens d'avoir leur première dose.

L'Île-du-Prince-Édouard avait aussi fait part de son intention de retarder l'administration de la seconde dose pour les gens qui n'avaient pas encore leur rendez-vous.

La Colombie-Britannique avait déjà allongé l'intervalle maximum entre les deux doses à 112 jours, avant la recommandation du CCNI.

Ces deux dernières provinces veulent ainsi avoir vacciné tous les adultes admissibles d'ici juillet.

Les explications du CCNI

Le CCNI a recommandé cet intervalle après avoir examiné les preuves issues d'études scientifiques récentes sur l'efficacité des vaccins dans la prévention de divers problèmes de santé tels que les infections, les maladies symptomatiques et les hospitalisations dues à la COVID-19.

Bien que les études n'aient pas encore recueilli quatre mois de données sur l'efficacité du vaccin après la première dose, on constate, après les deux premiers mois, des niveaux de protection élevés et une efficacité réelle, selon le CCNI.

Le comité fédéral explique que cet intervalle offrira des possibilités de protection à l'ensemble de la population adulte dans un court délai.

Cette démarche contribuera à l'équité en matière de santé, dit le CCNI.

Le comité indique qu’il continuera à surveiller les données probantes quant à l'efficacité de l'allongement de l'intervalle entre les doses et adaptera ses recommandations en conséquence.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !