•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Déconfinement partiel au Québec : des changements mineurs pour l'Outaouais

Un homme en habit de construction marche à l'extérieur avec un masque.

Le gouvernement Legault a redessiné la carte du Québec en fonction des zones d’alerte, mercredi, et l’Outaouais va demeurer au niveau orange, a indiqué le premier ministre.

Photo : Radio-Canada / Olivier Hyland

Radio-Canada

Alors que le gouvernement Legault annonce un déconfinement partiel pour certaines régions du Québec, mercredi, l'Outaouais restera quant à elle en palier d'alerte orange.

À compter du 8 mars, une grande partie du Québec sera au palier orange, à l'exception de la grande région de Montréal et de ses régions limitrophes.

En Outaouais, les mesures sanitaires actuellement en vigueur resteront en place.

Le premier ministre du Québec, François Legault, a toutefois annoncé un assouplissement des règles dans les lieux de culte, dans les régions en palier orange. Des rassemblements de cent personnes, plutôt de 25 seront tolérés.

L’archidiocèse de Gatineau se réjouit à un mois de Pâques

À un mois des célébrations pascales, la nouvelle arrive à point pour René Laprise, gestionnaire à l'archidiocèse de Gatineau, qui réunit plus de 50 paroisses sur le territoire.

C’est une bonne nouvelle. Avec une limite de 25 personnes, ça représentait beaucoup de logistique pour les réservations en prévision des célébrations du week-end. Avec une capacité de 100 personnes, ça va grandement faciliter les choses. Plusieurs églises vont pouvoir reprendre leurs activités et les gens pourront à nouveau se rassembler et prier en communauté, a réagi M. Laprise.

Par ailleurs, la province a laissé entendre que les activités parascolaires, incluant certains sports, pourraient reprendre à partir du 15 mars.

Le 22 février dernier, la province avait lâché du lest pour la région de l'Outaouais, la faisant passer du niveau d’alerte rouge à orange. Des mesures d’assouplissement ont aussi été mises en place en vue de la semaine de relâche, avec l’ouverture des cinémas, des musées et des piscines, notamment.

Statu quo : Action Santé Outaouais satisfait

Le président de l’organisme Action Santé Outaouais, Denis Marcheterre, est satisfait que les mesures ne soient pas assouplies dans la région où la situation demeure toujours fragile, dit-il.

La zone orange, c’est peut-être ce qu'il y a de plus prudent pour l’instant, parce qu'il y a encore des cas en Outaouais. [...] On ne va pas vers le zéro [cas de COVID-19], on va vers le haut. Et parce que le [ou les] variant est plus contagieux, ça finit par faire boule de neige, et ce sont les hôpitaux et le personnel soignant qui vont écoper, estime M. Marcheterre.

C’est d’autant plus une bonne idée de rester en zone orange plutôt que de rétrocéder parce qu'on ne sait pas ce qui va se passer d’ici deux semaines. Il ne faut pas oublier que nous sommes à côté d’Ottawa où ça ne va pas si bien que ça.

Une citation de :Denis Marcheterre, président d'Action Santé Outaouais

La prudence avant les affaires, dit une gestionnaire de spa

Alors que plusieurs propriétaires de spas ne demandent qu’à rouvrir, Dominic Morin, le président de Köéna spa en Outaouais, préfère rester prudent. M. Morin dit vouloir attendre que la situation soit plus stable avant de reprendre ses activités.

Un homme accorde une entrevue via visioconférence.

Dominic Morin, président de Köéna spa en Outaouais

Photo : Radio-Canada

Il n’y a aucune assurance qu’on n’aura pas à fermer à nouveau d’ici deux ou trois semaines si on rouvre [maintenant]. Pour moi, c’est peut-être un meilleur scénario d’attendre au printemps et d’ouvrir quand la tempête sera passée, dit-il la gorge serrée.

Avec les informations de Laurie Trudel et Josée Guérin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !