•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Déclaration de revenus : Mario Simard déçu des conservateurs

Une déclaration de revenus, une calculatrice et un crayon.

Quand est-il approprié de faire sa déclaration de revenus soi-même?

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le député bloquiste de Jonquière, Mario Simard, ne décolère toujours pas au lendemain du retrait de l'appui des conservateurs au projet de loi sur la déclaration unique de revenus au Québec.

J'ai l'impression qu'au sein du caucus conservateur, il y a une frange qui n'aime pas beaucoup l'idée de donner de l'autonomie politique au Québec et c'est cette frange-là qui s'est fait entendre hier. Arrivés en comité, au lieu de faire leur travail de législateurs, c'est-à-dire faire des propositions, ils se sont tout simplement abstenus. C'est, pour moi, c'est une claque au visage du Québec, a déploré, mercredi, Mario Simard.

Les députés du Parti conservateur du Canada se sont abstenus, mardi, de voter en comité pour adopter les articles du projet de loi, laissant ainsi le champ libre aux députés libéraux, qui l'ont battu. Seuls le Nouveau Parti démocratique (NPD) et le Bloc québécois ont voté en faveur des articles.

Le projet de loi déposé par le Bloc québécois demandait à la ministre des Finances de négocier avec Québec dans le but de s'entendre sur une déclaration de revenus administrée par Québec. La demande avait été appuyée à l'unanimité par les députés à l'Assemblée nationale en mai 2018. Il s'agissait alors d'une réaction à une proposition de l'ancien chef conservateur, Andrew Scheer.

Au Bloc québécois, on croit que cette décision remettra en cause la valeur des promesses du Parti conservateur. C'était une promesse des conservateurs, promesse réitérée par monsieur O'Toole qui a rencontré le premier ministre Legault pour lui dire qu'il était en faveur du rapport d'impôts unique. Est-ce qu'on peut faire confiance aux conservateurs lorsqu'il sera question de transferts en santé puisqu'ils ont renié carrément leur parole? Lorsqu'il sera question de la langue, est-ce qu'on peut encore faire confiance aux conservateurs?, s'est-il aussi demandé.

Ce revirement de situation est accueilli comme une petite victoire pour le syndicat qui représente environ un millier d'employés dans la région, majoritairement au Centre fiscal de Jonquière. C'est sûr que présentement, nous autres, c'est quand même un soupir de soulagement pour plusieurs de nos membres. C'est un sujet qui sème beaucoup d'inquiétude. Là, c'était la première fois que ça passait puis que ça se rendait en chambre et que ça a été voté jusqu'en comité parlementaire, a commenté Marc-André Gobeil, président du conseil régional de l'Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC).

Si le processus est terminé pour cette proposition, le débat sur la déclaration de revenus unique est cependant loin d'être terminé. L'AFPC voit encore planer au-dessus de sa tête ce qu'elle qualifie d'épée de Damoclès.

Interrogé mercredi également, le député conservateur de Chicoutimi-Le Fjord, Richard Martel, a répété ses arguments de la veille.

Parce qu'ils sont allés trop loin, puis au départ, c'était le rapport d'impôt unique (...) puis là ils ont commencé avec des conventions fiscales à l'étranger, comme je vous dis, puis ils ont parlé d'accords fiscaux avec des pays étrangers. Attendez un peu là, je veux dire... le Québec n'est pas séparé à ce que je sache!, a ironisé le député.

D'après un reportage de Philippe L'Heureux

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !