•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’abattoir d’Olymel à Red Deer attend le feu vert de la santé publique pour rouvrir

Des voitures stationnées devant l'usine Olymel à Red Deer.

Plus de 500 infections et quatre morts sont liées à l'éclosion de COVID-19 à l'usine d'Olymel à Red Deer.

Photo : CBC

Radio-Canada

La grande majorité des employés de l’abattoir d’Olymel à Red Deer craignent pour leur sécurité s’ils doivent retourner au travail prochainement, révèle un sondage interne du Syndicat des travailleurs et travailleuses unis de l'alimentation et du commerce. L'usine attend l'approbation de Services de Santé Alberta (AHS) pour préciser une date de réouverture.

L'entreprise a fermé temporairement les portes de l'usine de transformation du porc le 16 février dernier en raison d’une éclosion majeure de COVID-19. Plus de 500 personnes ont été infectées et quatre, dont trois employés, sont décédées.

Rectificatif :

Une version précédente de ce texte disait à tort que l’éclosion dans cette usine a tué quatre employés. Seulement trois des quatre personnes décédées étaient des employés.

Olymel envisageait d'ouvrir son abattoir le 3 mars, et sa salle de découpe, le jour suivant, si l’usine passait avec succès l'inspection de Services de santé Alberta et de la Santé et sécurité au travail le 1er mars, selon une lettre envoyée aux employés.

Dans une lettre publiée lundi, le président de la section locale du Syndicat des travailleurs et travailleuses unis de l'alimentation et du commerce Canada (TUAC), Thomas Hesse, sommait Olymel de prendre une série de mesures de précaution avant de prendre une telle décision.

Les conséquences d’une ouverture précipitée [...] seront sur votre conscience si vous ne pouvez garantir que personne d’autre ne tombera malade ou ne mourra.

Une citation de :Thomas Hesse, président de la section locale du TUAC

Plus de 80 % des 600 employés consultés doutent que l’abattoir soit sécuritaire, et 75 % d’entre eux ne font pas entièrement confiance à Olymel pour assurer leur sécurité.

Mercredi, le porte-parole d'Olymel, Richard Vigneault, a cependant déclaré à Radio-Canada qu'il n'y a pas de date fixée pour la réouverture de l'usine, car l'entreprise attend toujours le feu vert d'AHS.

Olymel compte ouvrir malgré tout les portes de son établissement mercredi pour donner des formations à certains employés en ce qui concerne le plan de réouverture et les mesures mises en place à l’abattoir, indique Richard Vigneault.

Les demandes du syndicat

Le syndicat a fourni dans sa lettre ouverte une liste de plus de 20 recommandations afin de regagner la confiance de ses salariés et de rouvrir ses installations de Red Deer en toute sécurité.

Celles-ci comprennent, par exemple, l'augmentation du nombre d’employés responsables de la désinfection des points de contact communs et une prime pandémique de 4 $ de l’heure pour les travailleurs.

Nous ne pourrons convenir que l’abattoir a été sécurisé pour nos membres, tant que notre liste de recommandations n’aura pas été remplie, conclut Thomas Hesse.

Avec les informations de Hannah Kost

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !