•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

David Eby promet de tout faire pour maintenir un refuge de Penticton ouvert

David Eby en conférence de presse.

Se disant profondément déçu, le ministre Eby assure qu'il fera tout en son pouvoir pour maintenir le refuge de Penticton ouvert.

Photo : Radio-Canada / Mike McArthur

Radio-Canada

Le ministre du Logement de la Colombie-Britannique, David Eby, veut faire avancer les dossiers de refuges pour sans-abri dans la province, même si cela dérange certains conseils municipaux.

Le conseil municipal de Penticton, dans la vallée de l’Okanagan, a voté lundi pour la fermeture d'un refuge d'urgence pour sans-abri. Il a rejeté à l'unanimité la demande de BC Housing de prolonger un permis temporaire pour ce refuge d'hiver au-delà du 31 mars.

David Eby soutient que le conseil municipal lui avait précédemment assuré son accord et qu’un appel avec le maire John Vassilaki suivant le vote s’est mal déroulé. J'ai demandé au maire quel était le plan et il m'a dit qu'il n'y aurait plus de discussions, et il m'a raccroché au nez, affirme-t-il.

Le ministre craint que des campements de sans-abri semblables à ceux de Vancouver et de Victoria ne se créent après la fermeture du refuge. Il n'y a absolument pas de débat sur ce que nous devons faire ici, dit-il Nous devons amener les gens à l'intérieur, nous devons leur apporter le soutien dont ils ont besoin.

Se disant profondément déçu, le ministre assure qu'il fera tout en son pouvoir pour que le refuge continue d'accueillir les sans-abri.

À Cranbrook

En février, David Eby a demandé au conseil municipal de Cranbrook, dans les Kootenay, de voter en faveur du rezonage d'une propriété, afin d’y créer un refuge de 40 lits.

Le conseil municipal a approuvé la demande, mais le maire, Lee Pratt, a critiqué le ministre, l’accusant d’abuser de sa position de pouvoir. Il utilise sa position pour influencer une décision du conseil, a-t-il déclaré. C'était totalement déplacé.

En tant que ministre responsable du logement, David Eby croit au contraire qu’il serait incroyablement négligent de ne pas discuter de ces questions avec les dirigeants municipaux.

Avec les informations de Justin McElroy

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !