•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le festival Flying Canoë Volant 2021 prend son envol

Un tipi et des oeuvres autochtones éclairés.

Le festival d'hiver du Flying Canoë Volant a lieu du 1er au 6 mars 2021.

Photo : Radio-Canada / Andréane Williams

Des milliers d’Edmontoniens ont répondu à l’appel du festival d’hiver Flying Canoë Volant depuis lundi. Malgré l’annulation de plusieurs activités en raison de la pandémie, les festivaliers ont pu arpenter les sentiers décorés du ravin Mill Creek, où des jeux de lumière multicolores ainsi que de nombreuses créations artistiques ont été installés pour l’occasion.

La pandémie de COVID-19 n’a pas eu raison du populaire festival Flying Canoë Volant.

Ce dernier, qui a dû mettre une croix sur certaines activités, comme les descentes de canots sur neige et la présence de chanteurs et de musiciens, a décidé, cette année, de mettre l’accent sur les images et les sonorités des cultures francophones et autochtones.

C’est très bien fait, étant donné les circonstances. Les grosses foules et l’énergie des grosses foules nous manquent, mais je pense que c’est très bien fait. Je suis très impressionné par les lumières, affirme Don Neeland, qui vient au festival chaque année avec sa famille.

Deux personnes se font prendre en photo devant des structures lumineuses en forme de champignons.

Deux festivaliers se font prendre en photo devant une oeuvre exposée dans le ravin Mill Creek, durant le festival Flying Canoë Volant 2021.

Photo : Radio-Canada / Andréane Williams

C’est magnifique ici. Le ravin est tout vivant. C’est vraiment le meilleur du Canada qui est ici : le français, l’anglais, la culture métisse et autochtone, ajoute-t-il, entouré de ses enfants.

Micah Leonida, dont les parents sont originaires des Philippines et qui a appris le français à l’école d’immersion reconnaît, elle aussi, l’importance du festival dans la promotion des différentes cultures de la province.

Une famille écoute une bénévole parler de la culture métisse devant une tente où des fourrures sont exposées.

Avec son campement métis, le festival met de l'avant la culture métisse de l'Alberta.

Photo : Radio-Canada / Andréane Williams

C’est très important pour moi, en tant qu’immigrante de seconde génération, de découvrir les histoires des francophones d’ici, dit-elle.

Briser l’isolement

La jeune femme souligne également l’importance d’un tel événement pendant la pandémie.

Avec la COVID-19, on vit de l’isolement. Être dehors et voir des gens et des représentations visuelles, ça aide. C’est joyeux, dit-elle.

Des gens marchent dans un sentier enneigé éclairé par des lanternes multicolores.

Cette année en raison de la pandémie, le festival Flying Canoë Volant a mis l'accent sur les installations lumineuses et sonores.

Photo : Radio-Canada / Andréane Williams

J’aurais été très triste si ça avait été annulé. Je suis contente qu’ils aient pu faire quelque chose, cette année, même si c’est différent des autres années, affirme pour sa part Nathalie Klinger, une autre festivalière.

Toujours aussi populaire

Cette année, le Flying Canoë Volant est victime de son succès. Pour éviter les foules et respecter les restrictions sanitaires de la province, le festival a mis sur pied un système de réservation en ligne et affiche déjà complet.

Selon les organisateurs, près de 4000 personnes ont visité le festival depuis lundi, soit sa capacité d’accueil maximum.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !