•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Manitoba retarde la deuxième dose de tous les vaccins

L'intervalle entre les deux doses pourrait s'étendre jusqu'à quatre mois.

Une fiole de vaccin contre la COVID-19.

La santé publique attend les recommandations du Comité consultatif national de l'immunisation pour déterminer quelle sera le délai entre les doses.

Photo : Associated Press / Evgeniy Maloletka

Radio-Canada

La province annonce l’augmentation du délai entre l’injection des deux doses nécessaires à l'immunisation complète, et ce, pour les trois vaccins.

La chef du groupe de travail du Manitoba sur la campagne de vaccination contre la COVID-19, Joss Reimer, a fait le point mercredi, en compagnie du coresponsable du groupe de travail, Johanu Botha.

Il s'agissait de la première mise à jour provinciale depuis l'autorisation, la semaine dernière, du vaccin d'AstraZeneca-Oxford par Santé Canada.

Selon Joss Reimer, la santé publique attend les recommandations du Comité consultatif national de l'immunisation pour déterminer le nouvel intervalle entre les doses de vaccin. Cette période pourrait s’étendre jusqu’à quatre mois.

La durée de cet intervalle pourrait être à nouveau modifiée en fonction de l'efficacité des vaccins.

Les personnes de plus de 89 ans désormais admissibles au vaccin

Alors que la campagne de vaccination pour le grand public a démarré lundi dans la province, les Manitobains de plus de 89 ans et de plus de 69 ans chez les Premières Nations sont désormais admissibles.

La santé publique précise qu’il faut avoir l’âge requis au moment de faire la réservation du rendez-vous de vaccination.

Efficace, le vaccin AstraZeneca?

Les premières doses de vaccin AstraZeneca devraient arriver au Manitoba à la mi-mars. La date précise et le nombre de doses restent inconnus pour l’heure.

Quant à l'efficacité de ce nouveau vaccin, les membres du groupe de travail rappellent qu’il est difficile de comparer l'efficacité des vaccins d’AstraZeneca, de Pfizer-BioNTech et de Moderna en raison des conditions de test différentes lors des essais cliniques.

La Dre Reimer ajoute que l’efficacité du vaccin dépasse les attentes. De plus, selon l’étude de la campagne de vaccination au Royaume-Uni, au Brésil et en Afrique du Sud, où le vaccin est administré depuis plusieurs mois, l'efficacité semble accrue lorsque les deux doses sont espacées de trois mois.

Le meilleur vaccin est celui que l’on peut obtenir, déclare-t-elle.

Les 50-64 ans ayant des problèmes de santé recevront le vaccin d’AstraZeneca

La Dre Reimer a également précisé que, si Santé Canada autorise l'administration du vaccin AstraZeneca pour les plus de 80 ans, le Comité consultatif national de l'immunisation recommande plutôt son utilisation sur les 18-64 ans. Le Manitoba se fiera à cet avis pour sa campagne.

Les 50-64 ans souffrant d’insuffisance hépatique, qui sont sous dialyse ou ont d’autres problèmes de santé seront les premiers à recevoir le vaccin AstraZeneca. Les critères doivent encore être précisés, indique la Dre Reimer. Ils seront annoncés dès que le Manitoba connaîtra le nombre de doses d’AstraZeneca disponibles.

Des consultations sont toujours en cours pour déterminer quels travailleurs seront considérés comme essentiels et quand ils pourront être vaccinés.

Joss Reimer a également abordé le gaspillage des doses de vaccins par les équipes d’immunisation et les cliniques mobiles. Selon elle, une fiole contient 6 ou 10 doses en fonction du vaccin et, dans le pire des cas, après la dernière immunisation de la journée, une seule dose est utilisée dans une fiole. Le reste doit donc être jeté.

Elle affirme que moins de 0,5 % des doses doivent être jetées et que, dans la majorité des campagnes de vaccination, la perte est estimée à 5 %.

Mardi, le major général Dany Fortin, chargé de la distribution des vaccins au pays, a indiqué quede nombreuses doses du vaccin AstraZeneca seront très vite périmées : en effet, pour 300 000 de ces doses provenant de l'Institut Serum, en Inde, la date de péremption est le 2 avril.

Visitez notre dossier sur les vaccins contre la COVID-19.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !