•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un rapport autorise la construction d'un ensemble résidentiel prés de Polo Park

Un centre commercial avec des tours résidentielles.

Un rendu d'architecture du projet résidentiel proposé à Polo Park par l'agence immobilière Shindico Realty.

Photo : Shindico

Radio-Canada

Le projet de construction d'une zone résidentielle proche de l’aéroport international James Armstrong Richardson de Winnipeg pourrait voir le jour, selon un rapport sur les nuisances sonores (Nouvelle fenêtre) (en anglais), commandé par le gouvernement manitobain.

Le plan secondaire relatif à la zone tampon de l’aéroport, établi en 1994, définit une large zone sur laquelle l'ensemble résidentiel serait restreint autour de l'aéroport, afin d'éviter les plaintes concernant le bruit provenant des activités de l'aéroport.

Cependant, le trafic aérien a diminué, et la technologie des avions est devenue plus silencieuse depuis 1995, date de la dernière étude sur le bruit. Le nouveau rapport suggère donc de réduire la superficie de la zone de nuisance sonore, ce qui permettrait de construire davantage de complexes d'habitations à proximité de l'aéroport.

Le président et directeur général de l'Autorité aéroportuaire de Winnipeg (WAA), Barry Rempel, a déclaré qu'il était nécessaire d'actualiser les lignes directrices.

Il y a encore beaucoup à faire, a-t-il dit, mais c'est la première étape et la plus importante sur la révision de la zone de protection.

Un projet litigieux

Il y a quelques années, un projet de construction prévu près du centre commercial Polo Park et de l’ancien stade Canada Inns avait fait l’objet d’une contestation de l’autorité aéroportuaire.

L’agence immobilière Shindico Realty s'est associée au géant de l'immobilier Cadillac Fairview, propriétaire du centre commercial, pour proposer un complexe résidentiel de grande envergure à l'été 2019. Ce dernier était évalué à plusieurs milliards de dollars.

Toutefois, l'approbation a pris du retard, notamment en raison de l'attente de l'étude de bruit et de l'analyse de l'utilisation des sols.

Barry Rempel est optimiste et pense que, avec les nouvelles directives, la construction pourra bientôt commencer.

Cependant, le conseiller juridique de Shindico, Justin Zarnowski, a attribué les retards du projet au fait que l'autorité aéroportuaire utilisait des tactiques obstructionnistes.

Je suis frustré d'être dans un processus où notre ville et notre aéroport ont retardé le projet pour une raison qui n'est pas valable. La zone du Polo Park n'est pas touchée [par le bruit de l'aéroport], a-t-il déclaré.

Une vue extérieure de l'aéroport de Winnipeg

Les promoteurs pensent que le développement de la zone autour du centre commercial Polo Park pourrait générer des centaines de millions de dollars d'activité économique. (archives).

Photo : Radio-Canada

Selon la WAA, un ensemble résidentiel dans ce secteur causerait une augmentation des plaintes pour nuisances sonores et pourrait empêcher l’aéroport de fonctionner 24 heures sur 24. Elle s’est donc opposée aux modifications du plan secondaire relatif à la zone tampon de l’aéroport demandées à la Ville.

Par la suite, le gouvernement fédéral s'est impliqué dans ce conflit et a financé une étude concernant le bruit généré par l’aéroport. Le conseil municipal a voté pour retarder sa décision d'approuver ou non le projet.

La province a engagé le consultant HM Aero, une société de conseil en aviation d'Ottawa, et Landmark Planning and Design, de Winnipeg, pour entreprendre la nouvelle évaluation du bruit et de l'utilisation des sols de l'aéroport.

La WAA avait recruté son propre consultant en aviation qui a mené une étude supplémentaire sur le bruit et l'utilisation des terres. Selon le PDG de la WAA, cette étude a également suggéré de réduire l'empreinte protégée contre le bruit, ce qui a permis d'élargir la zone.

Barry Rempel a déclaré qu'il était important que l'aéroport maintienne ses opérations 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, et que le projet tienne compte du bruit ambiant ainsi que du bruit des avions.

Des retards importants

Des représentants de Cadillac Fairview et de la WAA assisteront à une réunion du conseil municipal de la province au début du mois de juin, qui examinera les conclusions du rapport. Ce dernier pourrait alors procéder à sa propre analyse et voter sur le projet, éventuellement à l'automne.

M. Zarnowski s'est dit heureux que le rapport soit terminé, mais insatisfait du temps qu'il a fallu pour en arriver là.

Selon lui, même si le projet est approuvé par le conseil municipal au début de l'automne, il devra passer par un autre processus de zonage et de révision de la conception. Cela pourrait prendre deux ans de plus.

Justin Zarnowski craint que ses clients ne finissent par abandonner le projet et que Winnipeg ne perde des emplois et des milliards de dollars de développement.

Il y aura eu sept ans entre le dépôt de la demande et la mise en œuvre potentielle de la première pelletée de terre pour réaliser ce projet.

Avec les informations de Bryce Hoye

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !