•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas de date pour le début de la vaccination des 80 ans et plus à Toronto

La Dre Eileen de Villa en point de presse.

La médecin hygiéniste de Toronto, la Dre Eileen de Villa, n'a pas annoncé de date pour le début de la vaccination des 80 ans et plus dans la Ville Reine.

Photo : CBC/Evan Mitsui

Radio-Canada

Alors que plusieurs bureaux de santé publique en Ontario ont déjà commencé à vacciner les 80 ans et plus, les autorités à Toronto laissent entendre que l'immunisation de masse de ce groupe d'âge pourrait débuter seulement en avril.

La médecin hygiéniste de Toronto, la Dre Eileen de Villa, a refusé jusqu'à maintenant de fixer une date.

Le chef du service municipal des incendies, Matthew Pegg, qui chapeaute le plan d'urgence de la Ville contre la COVID-19, a indiqué lundi que les octogénaires torontois pourraient prendre rendez-vous une fois que le site web provincial conçu à cet effet serait lancé, ce qui doit avoir lieu le 15 mars.

Il a ajouté que la vaccination des 80 ans et plus commencerait au début avril.

Toutefois, la Dre de Villa a vite ajouté que certaines personnes appartenant à des sous-groupes de cet âge pourraient recevoir le vaccin ce mois-ci, sans donner de détails.

Nous avons besoin de plus de doses pour commencer la vaccination de masse des 80 ans et plus, a-t-elle expliqué.

Le conseiller municipal Joe Cressy, qui préside le comité de santé publique, montre du doigt le fait que la province distribue les doses selon la population d'une région, plutôt que selon le nombre de personnes appartenant aux groupes prioritaires.

Or, selon lui, Toronto a entre autres plus de travailleurs d'hôpitaux, qui doivent être immunisés avant que la Ville puisse passer aux 80 ans et plus. Toute proportion gardée, nous avons plus de gens qui se qualifient dans la phase 1, parce qu'ils sont plus vulnérables, dit-il.

La solliciteure générale de l'Ontario, Sylvia Jones, admet que l'explication de Toronto a du sens, mais sans dire si la province allait changer d'approche dans la distribution des vaccins.

Il est essentiel de mettre l'accent sur les 80 ans et plus, s'est-elle contentée de répondre en point de presse mardi. Nous aimerions avoir plus de doses pour nos bureaux de santé publique.

Avec des renseignements fournis par Mike Crawley, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !