•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un service de dépistage offert à plusieurs postes frontaliers de l'Ontario

Entrée du tunnel Windsor-Détroit du côté canadien

Entrée du tunnel Windsor-Détroit du côté canadien

Photo : Radio-Canada / Marine Lefèvre

Radio-Canada

À compter de jeudi, des représentants de la Croix-Rouge canadienne et l'Agence de santé publique du Canada seront à différents postes-frontière en Ontario pour guider ceux qui entrent au pays et qui doivent faire un test de dépistage de la COVID-19.

Cette mesure s'applique aux voyageurs non essentiels qui entrent au Canada par la frontière terrestre.

Ces personnes recevront deux trousses de dépistage et devront faire les prélèvements elles-mêmes, explique Mélanie Soler, vice-présidente des opérations de gestion des urgences de la Croix-Rouge canadienne. Le premier test pourra se faire sur place à la frontière dans des espaces désignés.

Notre personnel les observera faire leur propre prélèvement et emballer leur échantillon, indique Mme Soler. Une fois que le voyageur aura déposé son échantillon dans un endroit sûr et propre, notre personnel le placera dans un emballage réfrigéré pour s'assurer qu'il arrive au laboratoire pour être testé.

Des roulottes de chantier sont installées sur un stationnement

Des roulottes de chantier sont déjà prêtes à les accueillir sur le stationnement de la boutique hors taxe au tunnel Windsor-Détroit.

Photo : Radio-Canada / Elvis Nouemsi Njiké

Mélanie Soler précise que ce premier test n’a en fait pas besoin d’être supervisé, mais que le personnel pourra répondre aux questions ou appuyer ceux qui auront besoin d’aide.

Jusqu'à présent, seuls cinq postes frontaliers offraient la possibilité de se faire tester sur place. Si un voyageur ne passait pas par l’un d'entre eux, les agents de douane lui donnaient simplement des instructions pour être testé rapidement.

Un voyageur non essentiel pourra d'ailleurs toujours choisir d’effectuer ce prélèvement dans son lieu de quarantaine, indique l’Agence de santé publique du Canada.

Les travailleurs essentiels ne sont pas concernés par la procédure.

Passages frontaliers de l'Ontario disposant d'un service de dépistage :

  • Pont Ambassador, Windsor
  • Tunnel Windsor-Détroit, Windsor
  • Pont Blue Water, Point Edward
  • Pont Queenston-Lewiston, Niagara-on-the-lake (depuis le 22 février)
  • Pont Peace, Fort Erie
  • Pont Rainbow, Niagara Falls
  • Pont des Mille-Îles, Lansdowne

Pourquoi multiplier les tests

Depuis le 15 février, les voyageurs non essentiels entrant au Canada par la frontière terrestre doivent fournir la preuve d'un test COVID-19 négatif effectué au cours des 72 heures avant leur arrivée. L'Agence de santé publique du Canada souligne que le dépistage à l'entrée au Canada ne remplace en rien cette exigence.

Une enseigne indique la direction de la boutique hors taxe du pont

Le dépistage sera également fait dans une roulotte de chantier installée sur le stationnement de la boutique hors taxe au pont Ambassador

Photo : CBC/Sanjay Maru

Pour Randy Spader, directeur général du pont Ambassador, la mesure n'est pas redondante.

Beaucoup de choses peuvent se passer en 72 heures. Quelqu'un qui passe un test le jeudi, il est à la frontière le dimanche. Qu'a-t-il fait pendant ces trois jours?, note-t-il.

M. Spader y voit plutôt une précaution supplémentaire et un moyen pour le Canada d'avoir un maximum d'informations pour les personnes qui veulent rentrer chez elles.

Les voyageurs en question devront effectuer un deuxième test 10 jours après leur arrivée. S'il revient positif, une autre trousse de dépistage leur sera envoyée.

Sur son site, le gouvernement fédéral indique que le fait de ne pas se conformer aux exigences de dépistage pourrait entraîner des amendes allant jusqu'à 750 000 dollars ou l'emprisonnement.

Avec des informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !