•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sauvetage de l'équipage d'un bateau de pêche avant qu'il ne coule en Nouvelle-Écosse

Le navire Atlantic Destiny est basé à Riverport, en Nouvelle-Écosse.

Le bateau Atlantic Destiny est basé à Riverport, en Nouvelle-Écosse.

Photo : Bureau de la sécurité des transports du Canada

Radio-Canada

Des sauveteurs ont évacué tous les membres d'équipage d'un bateau de pêche qui prenait l'eau après deux incendies à son bord, mardi soir, au large de la Nouvelle-Écosse. Le chalutier Atlantic Destiny a fini par couler vers midi mercredi.

Les sauveteurs ont d'abord extrait graduellement 28 des 31 membres d'équipage. Ils ont tous été envoyés par voie aérienne à Yarmouth.

Correctif

Une version précédente de cet article indiquait un total de 32 membres d'équipage, soit le nombre initialement dévoilé par le Centre conjoint de coordination des opérations de sauvetage. Ce chiffre a par la suite été revu à la baisse par le Centre et par l'entreprise qui gère la flotte.

Les autres membres restés à bord pour maîtriser la situation, y compris le capitaine, ont été ramenés en dernier.

Aucune blessure n'a été signalée.

Nous sommes soulagés de savoir qu'ils sont tous en sécurité, a déclaré Martin Sullivan, PDG d'Ocean Choice International, l'entreprise terre-neuvienne qui possède la flotte à laquelle appartient l'Atlantic Destiny.

Naufrage du chalutier

Le bateau a dérivé à 222 km au sud de Yarmouth dans une mer agitée. Il était toujours à la dérive vers 8 h mercredi matin, selon M. Sullivan.

Le Centre conjoint de coordination des opérations de sauvetage a confirmé vers midi mercredi que le bateau avait succombé à ses dommages et qu'il avait coulé.

Bien que nous soyons très attristés de la perte d'un de nos bateaux de pêche, nous sommes extrêmement soulagés que nos 31 membres d'équipage aient tous été transportés sur la terre ferme en sécurité, a insisté M. Sullivan.

Enquête en cours

Le porte-parole du Centre conjoint de coordination des opérations de sauvetage, Martin Owens, a affirmé que le bateau était à la dérive dans une mer de huit mètres et des vents de plus de 100 km/h.

Un appareil CC-130 Hercules des Forces armées canadiennes, un navire patrouilleur de pêche et deux hélicoptères de la Garde côtière avaient été dépêchés sur les lieux.

De son côté, Martin Sullivan ignore ce qui a pu causer l'incendie.

Il indique qu'une enquête des autorités réglementaires se poursuit.

En mars 2017, l'Atlantic Destiny avait subi une panne de moteur catastrophique causée par un bris.

Un an plus tard, le Bureau de la sécurité des transports avait attribué cette panne à une combinaison de lacunes dans la maintenance, d'un mécanisme d'arrêt d'urgence cassé et de manque d'expérience de l'équipage.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !