•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des centres commerciaux de Saguenay pourront changer de vocation

Des clients dans le magasin Rossy de Caraquet

Un magasin Rossy, comme celui-ci, se trouve au Faubourg Sagamie.

Photo : Radio-Canada

Saguenay amorce une démarche qui permettra aux propriétaires de centres commerciaux qui le désirent de changer de vocation.

Une résolution visant à modifier le plan d’urbanisme pour permettre aux promoteurs de soumettre des projets qui ne sont pas à caractère commercial a été adoptée par les élus de Saguenay, lundi soir, lors de l’assemblée mensuelle du conseil de ville.

La démarche, qui requiert une réflexion profonde , de l’avis du président du Comité de suivi du schéma d’aménagement de Saguenay, Simon-Olivier Côté, découle d’une demande soumise par les propriétaires du Fabourg Sagamie, à Jonquière.

Le centre commercial construit en 1974 et arborant autrefois le nom de Mail 170 a de nombreux espaces vacants. Le bâtiment, adjacent à l’hôtel Delta, se décline sur une très grande surface et comporte un vaste stationnement. Ses propriétaires veulent réaliser un projet qui ne cadre pas avec le zonage commercial qui lui est conféré. Sa nature demeure pour l'instant privée.

Déclin des centres d'achats

La Ville reconnaît que les habitudes de consommation de la population ont changé et que bon nombre de consommateurs se sont tournés vers l’achat en ligne depuis le début de la pandémie de COVID-19.

Il faut absolument agir, ont manifesté Simon-Olivier Côté, la mairesse Josée Néron et le conseiller municipal baieriverain, Raynald Simard, presque d’une même voix, lundi. Chaque arrondissement de Saguenay compte des centres commerciaux, certains plusieurs.

Cette demande nécessite un changement au plan d’urbanisme et la gestion traditionnelle par zonage s’applique difficilement à ce type de projet , a mis en contexte Simon-Olivier Côté, au sujet de la demande du Faubourg Sagamie.

Selon les explications fournies par le conseiller, les projets concernant la requalification de centres d'achats nécessitent une transformation profonde de l’utilisation de la propriété.

Ils incluent souvent l’ajout de nouveaux bâtiments ou la démolition d’une partie et la création de nouvelles rues. Il y a aussi une mixité d’usages qui s’intègrent avec des bâtiments résidentiels et l’aménagement de places publiques , a-t-il fait valoir.

Les élus sont d’avis que cette trame de fond touche l’ensemble des centres commerciaux, confrontés à un déclin de la fréquentation. C’est pour cette raison que la commission de l’aménagement du territoire et de l’urbanisme a recommandé que soit modifié le schéma municipal dans le but de mettre en place des outils réglementaires adaptés aux demandes.

[Ça va] permettre d’assurer une cohérence aux documents de planification et une analyse discrétionnaire sur ces projets d’envergure-là.

Une citation de :Simon-Olivier Côté, président du Comité de suivi du schéma d'aménagement de Saguenay

Josée Néron laisse entendre que des projets porteurs ont été soumis aux instances municipales.

Saguenay devait se positionner par rapport à ces projets-là qui nous sont présentés et on voulait être sûrs d’implanter une réglementation qui serait effective sur l’ensemble du territoire , a-t-elle mentionné, avant l’adoption d’un avis de motion.

La pandémie va avoir laissé des traces économiquement aussi. Je pense que c’est quelque chose sur lequel on va devoir se pencher, l’avenir de nos centres d’achat en sachant que l’économie ne sera plus jamais pareille, même après la pandémie, avec les habitudes que les gens ont pris et le magasinage en ligne , a rappelé Raynald Simard.

283 000 $ en taxes

Le Faubourg Sagamie, situé sur le boulevard du Royaume, à Jonquière, est la propriété d’une compagnie dont les bureaux sont situés à Laval. Sa valeur foncière est de 8,1 millions de dollars, selon l’unité d’évaluation disponible pour consultation sur le site Internet de Saguenay. Les terrains valent 4,7 millions de dollars et le bâtiment 3,4 millions de dollars.

L’entreprise paiera, en 2021, 283 436 $ en impôts fonciers à la Ville.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !