•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bientôt la fin des chèques?

Une personne remet un chèque à une autre personne.

Le volume d'utilisation des chèques diminue d'année en année, selon Paiements Canada.

Photo : iStock

Un nouveau système de paiement en temps réel est sur le point de voir le jour au Canada. Paiements Canada, l’organisme qui possède et exploite cette infrastructure au pays, a annoncé mardi que la société Interac agira comme fournisseur pour la mise en place de cette nouvelle méthode transactionnelle à compter de 2022.

Depuis plusieurs années, il est facile de faire un virement Interac à un ami. Dans les faits, l’argent transféré est fictif – ou prêté par l’institution financière – jusqu’au lendemain, ce qui explique les limites imposées à ces transferts. L’actuel système de compensation et de règlement est désuet et entraîne des délais importants.

Le nouveau système permettra non seulement de réaliser des transactions en temps réel, mais d’aller beaucoup plus loin. Pour les particuliers, il deviendra par exemple possible de :

  • régler une facture Internet en temps réel pour éviter les frais de retard;
  • payer un loyer à un locateur en y incluant toutes les informations retrouvées sur un chèque (mois de loyer, numéro d’appartement, etc.);
  • payer son impôt instantanément;
  • régler l’achat d’une voiture ou faire une mise de fonds sur une propriété en un clic plutôt que de devoir se rendre dans une banque pour y cueillir une traite bancaire;
  • recevoir l’argent de son assureur pour y couvrir des dommages en quelques secondes.

Les gouvernements pourront aussi déposer en quelques secondes des fonds dans les comptes bancaires des citoyens.

Le directeur général de la modernisation chez Paiements Canada, Andrew McFarlane, évoque un game changer (changement majeur) pour l’écosystème monétaire canadien. Les transferts de fonds seront plus rapides, irrévocables, sécuritaires et accompagnés de données, et leurs limites pourront être rehaussées significativement.

Ce nouveau système donne une forte alternative pour transférer de l'argent en temps réel avec des données, ce qui devrait réduire significativement le volume de chèques dans l'écosystème.

Une citation de :Andrew McFarlane, directeur général de la modernisation, Paiements Canada

Les chèques, déjà en déclin, seront dans ce contexte appelés à disparaître. Rien qu'en 2019, le volume de leur utilisation par les consommateurs et les entreprises a diminué respectivement de 12 % et de 15 %.

Nous travaillons avec le gouvernement quant à la dispersion des fonds et comment il peut réduire l'émission de chèques, explique M. McFarlane. Nous travaillons aussi avec d'autres secteurs pour réduire le nombre de chèques dans l'écosystème.

Changement majeur pour les entreprises

La Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) attend impatiemment ce changement.

Les petites entreprises ont un grand besoin de liquidités, mais l'utilisation de chèques peut parfois entraîner des délais de plusieurs jours avant d'y avoir accès. Ça peut entraîner des retards sur des paiements auprès de fournisseurs ou des livraisons, indique Jasmin Guénette, vice-président aux affaires nationales de la FCEI.

Ces mêmes chèques permettent en revanche de conserver une trace des transactions en cas de vérification, raison pour laquelle bon nombre d'entre elles continuent d’y recourir. Le nouveau système pourra assurer à la fois rapidité et traçabilité, de quoi mettre fin à ce dilemme.

D’autres avenues s’ouvrent aux entreprises, comme celle de pouvoir payer leurs travailleurs immédiatement après leur quart de travail ou de rembourser rapidement des dépenses aux employés.

Paiements Canada prévoit que les institutions bancaires développeront des outils sur leurs plateformes en ligne pour utiliser ce nouveau système et que des entreprises de technologie financière créeront de nouveaux produits et services.

La prochaine étape sera d’intégrer cette plateforme à d’autres sur la planète.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !