•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

4 mois entre les doses : une décision basée sur la science, se défend la Dre Henry

Bonnie Henry.

La médecin hygiéniste en chef de la Colombie-Britannique, Bonnie Henry, est à Victoria pour la mise à jour sur la progression de la COVID-19.

Photo : Radio-Canada

La médecin hygiéniste en chef de la Colombie-Britannique, Bonnie Henry, a répondu aux critiques concernant la décision de la province de retarder les deuxièmes doses de vaccins contre la COVID-19, affirmant qu'elle n'a aucun doute, car ce plan est basé sur la science et les données.

Malgré les réactions, la province ne compte pas revenir sur sa décision d’espacer de 16 semaines les deux doses requises pour obtenir l'immunité contre le coronavirus. Il est important, insiste la Dre Henry, de vacciner le plus de personnes possibles le plus rapidement vu le nombre toujours élevé de nouvelles infections quotidiennes au SRAS-CoV-2, le virus à la source de la COVID-19.

Une stratégie décriée

La Dre Bonnie Henry a d’ailleurs jugé le commentaire fait lundi par Mona Nemer, la conseillère scientifique en chef du Canada, de malheureux, soulignant que la Dre Nemer n'a pas participé à l'évaluation qui a conduit les autorités de la Colombie-Britannique à prendre une décision adaptée au niveau de cas actuel dans la province.

Lundi, après le dévoilement par Victoria de la phase 2 de sa campagne d’immunisation visant les plus de 80 ans, la Dre Mona Nemer a réagi en disant du plan qu'il se servait de la population pour tester une hypothèse plutôt que de faire des essais cliniques comme il se doit.

En tout, 283 182 doses vaccins ont jusqu'ici été administrées en Colombie-Britannique dont 86 537 doses de rappel.

La Colombie-Britannique a également déclaré qu'elle s'attend à ce que tous les adultes de la province aient la possibilité de recevoir leur première dose de vaccin contre la COVID-19 avant la fin du mois de juillet.

Adrian Dix et Bonnie Henry.

Le ministre de la Santé, Adrian Dix, et la médecin hygiéniste en chef de la Colombie-Britannique, Bonnie Henry, font le point sur la pandémie dans la province le 2 mars.

Photo : Radio-Canada

Des données en renfort

La médecin hygiéniste en chef a souligné que la Grande-Bretagne a aussi espacé de quatre mois les doses de vaccins. La Dre Henry a souligné que les données à ce jour suggèrent qu'une seule dose de vaccin est efficace à environ 90 % pour prévenir l'infection par le nouveau coronavirus et que ce niveau d'immunité dure pendant des mois.

Nous savons, sur la base de données réelles, que nous n'avons pas à attendre les secondes doses pour lever les restrictions si nous pouvons protéger suffisamment de personnes.

Une citation de :Bonnie Henry, médecin hygihéniste en chef, C.-B.

Augmentation des cas de variants

Mardi, la Colombie-Britannique a enregistré 438 nouvelles infections au virus qui cause la COVID-19 ainsi que 2 décès supplémentaires en 24 heures. De ces nouvelles infections, 22 sont dues aux variants au coronavirus.

Une attention particulière est portée à ces dernières, affirme la médecin hygiéniste en chef de la province, Bonnie Henry. Elle ajoute que les autorités tentent de déterminer comment leur transmission a eu lieu. Car dans un quart des cas, la source n’est pas claire alors que dans la majorité, il s’avère que ce sont les contacts rapprochés qui sont à l’origine de la propagation. Les voyages ne sont à blâmer que dans 15 % des cas.

Des gens non masqués se tiennent debout, certains avec des pancartes.

Une manifestation anti-masque s'est tenue, lundi, devant la Cour suprême de la Colombie-Britannique

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms (CBC)

Une chose est sûre, estime la Dre Henry, cela reflète que nous avons une transmission communautaire, en particulier dans la grande région de Vancouver.

Parmi les nouveaux cas, la majorité se trouve dans les territoires des régies de la santé Fraser et Vancouver Coastal.

Les dernières données portent le nombre total de décès liés à la COVID-19 dans la province à 1365 et celui des infections à 81 367. Les autorités notent une augmentation des hospitalisations : 243 personnes sont admises en raison de la COVID-19, dont 63 aux soins intensifs.

Actuellement, la province compte 4679 infections actives au SRAS-CoV-2 en Colombie-Britannique tandis que 8445 personnes s'auto-isolent en raison d'une exposition possible au nouveau coronavirus. 

Le bilan de mardi relève aussi qu’il y a deux nouvelles éclosions de coronavirus dans des établissements de santé.

Découvrez-vous comment fonctionnent les vaccins contre le SRAS-CoV-2.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !