•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plaidoyer de l’Université Laval pour la liberté d’expression

L'Université Laval en hiver. Le drapeau de l'université flotte aux côtés de l'unifolié et du fleurdelisé.

L'Université Laval veut protéger et valoriser la liberté d'expression (archives).

Photo : Radio-Canada / Sébastien Vachon

L’Université Laval estime que les mesures de représailles et d’intimidation à l’égard des personnes s’exprimant sur certains sujets sensibles représentent un frein à la libre circulation des idées. Pour éviter la censure et favoriser la prise de parole, le Conseil universitaire, la plus haute instance de l’établissement, a récemment adopté un énoncé en faveur de la liberté d’expression.

Approuvé lors d’un vote du conseil tenu le 2 février, l’énoncé est l'aboutissement des travaux d’un comité formé en 2019. Il vise à protéger et valoriser la liberté d’expression à l’Université Laval dans les limites imposées par le cadre législatif québécois et canadien.

Nous vivons une époque où les opinions sont de plus en plus polarisées, où les sensibilités s’expriment davantage, où l’intimidation fait souvent office d’argument. Il devient ainsi de plus en plus difficile pour l’université de demeurer un lieu où toutes les idées peuvent être exprimées et débattues, peut-on lire dans le préambule du document de deux pages.

François Legault lors d'une entrevue.

Face aux controverses secouant le milieu académique, le premier ministre du Québec, François Legault, a invité la population à ne pas céder à l'intimidation et à l'autocensure (archives).

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Ses auteurs rappellent que les libertés de penser, de s’exprimer, de débattre, de faire avancer les connaissances et de développer le sens critique sont les fondements mêmes de l’université et de la démocratie.

Tout sujet peut être abordé et devant ceux qui sont controversés, l’établissement évite la censure et favorise la prise de parole.

Une citation de :Extrait de l’énoncé

L’énoncé ne fait allusion à aucun événement en particulier, mais on y retrouve plusieurs des enjeux soulevés par les récentes controverses dans le milieu universitaire, notamment celle ayant mené à la suspension temporaire d’une professeure de l’Université d’Ottawa.

L'enseigne de l'Université d'Ottawa.

Une professeure de l'Université d'Ottawa a été suspendue l'automne dernier pour avoir prononcé le « mot en n » lors d'un cours (archives).

Photo : Radio-Canada / Jean-Sébastien Marier

L’Université Laval affirme qu’il est possible d’exprimer et de débattre d’idées, même controversées, tout en respectant la dignité de chacun. Elle se réserve néanmoins le droit d’intervenir pour empêcher la diffusion de propos diffamatoires, haineux ou incitant à la violence.

L’Université Laval se veut un lieu où toutes les voix peuvent être entendues et où différents points de vue peuvent être soumis et débattus dans un esprit d’inclusion, de respect et de dignité.

Une citation de :Extrait de l’énoncé

Sensibilité et bienveillance

Pour que la liberté d’expression puisse s’exercer pleinement à l’Université Laval, l’établissement invite les personnes tenant des propos polarisants à faire preuve de sensibilité et de bienveillance.

Plutôt que de se soustraire à l’expression de contenus jugés offensants, l’Université Laval propose aux membres de sa communauté de débattre en faisant preuve d’ouverture et d’écoute.

L'hôtel du Parlement du Québec photographié de soir, en hiver.

Le 22 octobre dernier, les députés de l'Assemblée nationale ont adopté à l'unanimité une motion appuyant la liberté académique (archives).

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

L’énoncé insiste d’ailleurs sur la distinction entre la liberté universitaire, qui protège le droit d’enseigner, d’apprendre, d’étudier et de publier, et le concept plus large de liberté d’expression, dont il emprunte la définition à La Déclaration universelle des droits de l’homme de l’UNESCO :

Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considération de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit.

L’Université Laval précise que les principes soutenus dans son énoncé s’appliquent à l’ensemble de la communauté universitaire : corps professoral et enseignant, membres du personnel, étudiants et personnes invitées.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !