•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jason Kenney qualifie la gestion des vaccins par le fédéral d« échec total »

Un portrait de Jason Kenney, le premier ministre de l'Alberta

Jason Kenney, le premier ministre de l'Alberta, estime que le gouvernement fédéral doit fournir plus de vaccins aux provinces.

Photo : La Presse canadienne / Jason Franson

Radio-Canada

En conférence de presse mardi, le premier ministre de l’Alberta, Jason Kenney, a réitéré ses critiques envers la gestion de l'approvisionnement des provinces en vaccins par le gouvernement fédéral. Selon lui, ce manque de vaccins explique pourquoi l'Alberta ne peut atteindre le rythme de vaccination élevé qu'elle s'est fixé.

La performance du gouvernement fédéral quant au vaccin est un échec total, affirme M. Kenney. Il compare le bilan de vaccination canadien à celui d'autres pays et juge inacceptable le bilan canadien qui, d'après lui, se place à la 40e place mondiale.

Il déplore une mauvaise anticipation d’Ottawa face au nationalisme de l’industrie pharmaceutique en Europe et aux États-Unis , qui privilégient l’approvisionnement en vaccins de leurs propres pays. Selon le premier ministre, le Canada aurait pu s’en prémunir en accentuant les efforts pour produire des vaccins au pays.

Vers des délais prolongés entre les deux doses

À ses côtés, le ministre de la Santé, Tyler Shandro, a déclaré que la province était en mesure de vacciner 50 000 personnes par semaine et que ce nombre pourrait augmenter jusqu'à 250 000 par semaine d'ici la fin du mois de mars, si les approvisionnements venaient à augmenter.

Tyler Shandro a aussi expliqué que l'Alberta envisageait de suivre l'exemple de la Colombie-Britannique en prolongeant le délai entre la première et la deuxième dose des vaccins contre la COVID-19 jusqu'à quatre mois, en se basant sur des données probantes provenant du Royaume-Uni ainsi que du Québec et de la Colombie-Britannique.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !