•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des élus réclament un allègement des mesures sanitaires en Chaudière-Appalaches

Gilles Lehouillier, maire de la Ville de Lévis, en mêlée de presse.

Gilles Lehouillier, maire de la Ville de Lévis, en mêlée de presse (archives).

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

« On est dû pour être en zone orange », dit le maire de Lévis. M. Lehouillier et bon nombre d'élus de la région soutiennent que la santé publique régionale de Chaudière-Appalaches recommande désormais un changement de couleur et un assouplissement des mesures sanitaires dans la région.

Dans les circonstances, Gilles Lehouillier demande au gouvernement Legault d’obtempérer à ces recommandations et de faire passer Chaudière-Appalaches en orange, comme il l’a fait pour la région de l’Outaouais le 22 février.

On voit que le passage à la zone orange est enfin à portée de main. On espère que le gouvernement va aller de l'avant et va suivre les recommandations de la santé publique de Chaudière-Appalaches. Ces recommandations auraient été divulguées aux élus lors d’une conférence téléphonique avec la santé publique.

Le CISSS de Chaudière-Appalaches ne confirme toutefois pas la teneur des recommandations de la directrice, la Dr Liliana Romero. On ne communique pas publiquement les orientations de la direction régionale de santé publique parce qu'il ne nous appartient pas de prendre la décision finale, répond une porte-parole du CISSS.

Moins de 10 cas par jour

N’empêche, même si l’augmentation des cas de variants de la COVID-19 préoccupe le gouvernement Legault, Gilles Lehouillier estime néanmoins qu’il ne peut pas maintenir une zone rouge qui ne serait pas justifiée dans notre milieu de vie.

Si on ne nous accorde pas la zone orange [...] c'est sûr que les questionnements et les demandes de justifications vont être plus élevés de la part de la population.

Une citation de :Gilles Lehouillier, maire de Lévis

Depuis 10 jours, la région de Chaudière-Appalaches compte moins de 10 nouveaux cas de COVID-19 recensés quotidiennement.

Le premier ministre François Legault doit faire le point sur la pandémie lors d’un point de presse mercredi à 17 h. Quelle que soit la décision qui sera prise pour Chaudière-Appalaches, M. Lehouillier s’engage à inciter les résidents de sa ville au respect des mesures sanitaires.

La TREMCA demande aussi un assouplissement

Outre M. Lehouillier, bon nombre de maires et préfets de la Table régionale des élus municipaux de la Chaudière-Appalaches (TREMCA) demandent au gouvernement un allègement des mesures sanitaires pour la région.

Le président de la TREMCA, Paul Vachon croit que les chiffres parlent d'eux-mêmes.

Le taux d’incidence est en bas de 5, le taux d’hospitalisation, le taux de mortalité et le nombre de cas sont en baisse en plus de se maintenir depuis près de deux semaines sous la barre des 10 cas journaliers, comme le démontrent les chiffres publiés par la Santé publique. Nos citoyens, nos commerçants et nos entrepreneurs ont été disciplinés et leurs efforts ont donné les résultats escomptés, maintient-il.

Cet allègement est mérité, mais surtout nécessaire pour le bien-être de toute notre population et le maintien de notre économie.

Une citation de :Paul Vachon, président de la TREMCA

Les spas s’attendent à rouvrir en zone orange

Les spas espèrent que le gouvernement profitera des prochaines annonces pour insuffler davantage de cohérence dans ce qui est ouvert et fermé. Ils s’attendent ainsi à pouvoir rouvrir en zone orange au même titre que les gyms et les restaurants, a indiqué mardi l'Association québécoise des spas par voie de communiqué.

Sa présidente Véronique Lemieux précise qu'il serait incompréhensible et injuste que les spas demeurent fermés en zone orange avec toutes les mesures sanitaires mises en place ainsi que les nombreux bienfaits physiques et mentaux pour la population.

Nous comprenons que le gouvernement ait dû faire des choix difficiles à un certain moment, mais il est temps maintenant d’être cohérent, conclut-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !