•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une dame retenue dans le stationnement de l'hôpital lors du décès de son père

Louise Rice devait subir un test de dépistage rapide. Son père est décédé avant qu'elle ne puisse en obtenir un.

Louise Rice dans sa voiture.

Louise Rice attend dans le stationnement de l'hôpital, incapable d'aller dire adieu à son père.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

En attendant de pouvoir subir un test de dépistage rapide de la COVID-19 dans le stationnement de l'hôpital d’Edmundston, une femme de Québec n'a pas eu l'autorisation d'entrer aux soins palliatifs pour dire un dernier adieu à son père mourant.

C'est lorsqu’elle a appris, le 15 janvier, que son père n’en avait plus pour très longtemps que Louise Rice a fait le trajet Québec-Edmundston pour être à son chevet.

Elle est entrée au Nouveau-Brunswick sans problème en début de soirée et s’est rendue directement à l’Hôpital régional d’Edmundston.

Pour pouvoir être aux côtés de son père, Louise Rice devait d’abord trouver un moyen d’effectuer un test de dépistage de la COVID-19 dans la roulotte située à deux pas de son véhicule, dans le stationnement.

Une roulotte extérieure est installée dans le stationnement d'un hôpital.

Une roulotte extérieure a été installée dans le stationnement de l'hôpital d'Edmundston.

Photo : Radio-Canada

Une infirmière sur place l'a encouragée à se dépêcher puisque son père ne passera pas la nuit.

C’est à ce moment que Louise Rice a frappé un mur bureaucratique.

J’étais au téléphone, j’étais sur Internet, j’ai fait comme trois ou quatre applications. Après, j’ai couru voir, j’ai cogné à la porte. La fille qui était au téléphone me disait : ''Allez la voir, cognez à la roulotte'', raconte Louise Rice. Elle m’a dit : ''Non je ne peux pas, je n’ai pas de papier de Bathurst''.

Robert Rice, 90 ans, est mort vers 21 h 30.

Robert Rice.

Robert Rice, ancien avocat, est décédé à l'hôpital d'Edmundston à l'âge de 90 ans le 15 janvier 2021.

Photo : Avec la gracieuseté de Louise Rice

J’étais dans l’auto. J’étais là. Puis il est parti, se rappelle Louise Rice, encore sous le choc.

La santé publique a déjà affirmé que les tests de dépistage rapides sont utiles pour repérer des cas de COVID-19, mais qu'ils permettent surtout d'identifier la maladie chez des personnes symptomatiques.

Même si j’avais eu mon test COVID rapide, c’est 50 % pour [la] précision. Habillez-moi en scaphandre, n’importe quoi. Je ne toucherai personne, mais laissez-moi toucher la main à mon père pour lui dire que je suis là et que je l’aime.

Bureaucratie en temps de pandémie

L’état de santé du père de Louise Rice s'était détérioré rapidement. La famille n'a eu que 12 heures pour se rendre à son chevet avant qu'il ne rende l’âme.

Ce laps de temps n’était pas suffisant pour que Louise Rice puisse régler son déplacement dans la province et le test de dépistage rapide.

Le Nouveau-Brunswick a récemment assoupli quelque peu les règles de visites de compassion en phase orange. Mais les restrictions demeurent complexes pour des Canadiens qui ne sont pas résidents du Nouveau-Brunswick.

Le Réseau de santé Vitalité, dont l'Hôpital régional d'Edmundston fait partie, a plus tard indiqué à CBC qu'il convenait de faire des arrangements avec l'hôpital pour un test rapide s'il est impossible de s'isoler dans le cas d'une mort imminente.

Les proches doivent attendre à l'extérieur de l'hôpital le temps d'obtenir un résultat négatif, a expliqué le porte-parole du réseau, Thomas Lizotte. Les visiteurs doivent porter de l'équipement de protection et sont seulement autorisés dans l'hôpital pour une période de 24 heures suivant le résultat de test, a-t-il ajouté.

La députée de Madawaska-les-lacs-Edmundston Francine Landry croit qu'il est important de protéger la population de la COVID-19, mais comprend aussi le désarroi vécu par plusieurs familles.

Elle a elle-même perdu son père récemment à la suite de complications liées à la COVID-19.

La députée libérale de Francine Landry

La députée libérale de Madawaska-Les-Lacs-Edmundston, Francine Landry.

Photo : Radio-Canada / Michel Corriveau

Pour moi, c’est de démontrer peut-être davantage de compassion pour ces familles-là, pour les membres de ces familles-là. D’avoir des façons de les accommoder, dit-elle.

Ce qui m’a le plus démolie [et] que je trouve le plus inhumain, c’est que mon père a passé deux semaines et demie tout seul.

Une citation de :Louise Rice

Robert Rice a longtemps été avocat à Edmundston, avant de terminer sa carrière comme juge de la Cour d’appel du Nouveau-Brunswick.

Il n’y a aucun être humain qui mérite de vivre ça. Surtout pas, mon père, je vais vous le dire. Je ne suis pas contente. Parce que mon père a passé sa vie à aider les gens, dit Louise Rice.

D'après un reportage de Serge Bouchard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !