•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Amara Condé : « Je suis là où je veux aller »

Un homme fait le grand écart dans les airs

Amara Condé lors de sa performance éclair pour L'atelier culturel

Photo : Radio-Canada / Denis Chamberland

Diplômé du Centre acrobatique Keita Fobeda de Conakry, capitale de la Guinée, Amara Condé, ancien acrobate de la troupe Cavalia, est venu poursuivre son rêve à Winnipeg en mettant de l'avant ses habiletés d'acrobate et danseur. Dans une performance éclair, l'artiste nous raconte son histoire à travers la diversité de son langage artistique, en quatre volets.

Originaire de Kindia en Guinée, Amara Condé se rappelle qu'enfant, il était fasciné par les comédiens, les clowns et les gens du cirque qu'il voyait à la télévision.

Des jeunes, dont Amara Condé, forment une pyramide humaine.

Amara Condé au haut de la pyramide de cirque africain, Centre Keita Fodeba à Conakry, capitale de la Guinée

Photo : Amara Condé

La génération de mes parents voyait ça comme des métiers [où] les gens ne savaient rien faire, alors nos parents et l'État ne considéraient pas les gens de cirque.

Une citation de :Amara Condé, acrobate

Ces remarques n'empêchent pas Amara Condé de rêver et d'entrevoir à travers l'art circassien un meilleur avenir. Car en Guinée, dit-il, la scolarisation n'est pas forcément la seule avenue vers l'emploi. Aussi, songe-t-il, la danse peut également contribuer à aider la famille.

Amara Condé se tient en équilibre sur un bras.

Amara Condé au Centre d'acrobatique Keita Bodeba à Conakry, capitale de la Guinée

Photo : Amara Condé

Je me suis dit : "je vais essayer de faire deux choses. Avec l'argent de la danse, je vais payer mon école et de petites dépenses pour ma mère".

L'art dans la rue

Pour apprendre à danser, Amara Condé se tourne vers « ceux qui ont une mauvaise réputation », dit-il, les jeunes de la rue.

Ça n'a pas été facile pour moi. Les gens disaient que c'étaient des choses de banditisme. Mais pour les jeunes de la rue, on ne connaît pas le banditisme, on cherche juste un meilleur avenir.

Une citation de :Amara Condé, acrobate

C'est d'ailleurs cette vision d'un avenir meilleur qui le fait avancer. J'ai tout laissé, je me suis battu, j'ai commencé à danser, à faire quelques acrobaties.

Photo de groupe prise à l'association Benka Fissa à Kindia en Guinée.

En haut au centre Amara Condé. Photo prise à l’association Benka Fissa à Kindia en Guinée, programme de Rebecca David Dance Company

Photo : Amara Condé

Parfois le destin fait bien les choses. Une compagnie de danse américaine vient s'installer au centre communautaire de Kindia.

Une dame est venue nous montrer la danse contemporaine, mixte de hip-hop, mixte d'acrobatie, du cirque africain et du ballet. C'est une troupe qui aide les enfants de la rue.

Une citation de :Amara Condé, acrobate
Photo de groupe de jeunes de l'association Benka Fissa à Kindia en Guinée.

Association Benka Fissa, Kindia Guinée

Photo : Amara Condé

Des auditions pour Cavalia

Tous les jours après l'école, Amara Condé se rend au centre pour s'entraîner. Il participe à plusieurs auditions et espère qu'un jour, ce sera lui qui sera choisi.

Puis, Amara Condé apprend que la troupe Cavalia a fait des auditions dans la capitale et que la direction a pris les meilleurs pour voyager avec le groupe.

Trois ans après, je me suis dit : "j'ai encore de l'espoir" Et j'ai participé à une autre audition.

Cette fois est la bonne : sur la centaine de participants, Amara fait partie des quinze meilleurs et se fait offrir une place dans le spectacle de Cavalia Odysseo.

Amara Condé pratique les sangles aériennes, son corps est suspendu parallèlement dans les airs, fait face au sol.

Amara Condé lors de sa performance éclair pour L'atelier culturel

Photo : Radio-Canada / Denis Chamberland

Lors de sa tournée au Manitoba avec Cavalia en 2018, il se lie d'amitié avec des Manitobains qui l'incitent à venir s'établir au Canada, une fois son contrat terminé. C'est ainsi que s'amorce son aventure au pays.

Dans mon histoire, chaque chose a son temps. Ça parle de courage, comment les jeunes se battent pour avoir une vie meilleure et ça dit : "Je suis là où je veux aller".

Une citation de :Amara Condé, acrobate

Une fois la pandémie terminée, Amara Condé espère être en mesure de mettre sur pied, au Manitoba, une école d'acrobatie et un festival artistique africain.

Portail de L'atelier culturel.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !