•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des pharmaciens de l'Estrie prêts à participer à la vaccination de masse

Un pharmacien tire une dose de vaccin Moderna d'une fiole à West Haven, au Connecticut, le 17 février 2020.

Les Québécois pourront bientôt se faire vacciner contre la COVID-19 dans les pharmacies.

Photo : Reuters / MIKE SEGAR

Radio-Canada

Des pharmaciens de l’Estrie voient d’un bon œil l'idée d'être mis à contribution pour la vaccination de masse.

Le ministre de la Santé, Christian Dubé a annoncé mardi que les Québécois auront bientôt la possibilité de se faire vacciner contre la COVID-19 dans des pharmacies.

On veut faire partie de l’effort collectif, on est capable et prêt à le faire. On est un service de proximité

Une citation de :Annie Lamontagne, pharmacienne

On a fait nos premiers pas cet automne avec la vaccination de masse de l'influenza. On a démontré notre capacité à bien le faire. Nous, personnellement à Magog, les gens étaient très satisfaits de la façon dont ça s’est déroulé, explique-t-elle.

Rappelons que les pharmaciens peuvent vacciner des clients depuis l'adoption, en mars 2020, dela Loi modifiant principalement la Loi sur la pharmacie afin de favoriser l'accès à certains services.

Beaucoup d’éléments inconnus

Annie Lamontagne soutient toutefois qu’elle dispose de peu d'information concernant la campagne de vaccination en pharmacie. D’ailleurs, des clients lui posent déjà des questions, qui demeurent pour le moment sans réponse.

Les nouvelles, on les apprend un peu comme la population en général, par les médias. Je ne suis pas disposée à vous donner une date, mais ça devrait être somme toute vers le début du mois d'avril, dit-elle.

Des questions logistiques doivent également être éclaircies. Comment vont arriver les doses? Est-ce qu’il y aura des centres de distribution? Quelles quantités de doses nous seront allouées?, soulève-t-elle.

Par ailleurs, un réaménagement des locaux des pharmacies pour respecter la distanciation sera aussi nécessaire, fait valoir Annie Lamontagne. Il y a plein de choses qu’on ne sait pas. On est résilient, on va faire avec, conclut-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !