•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Racisme à l'école : un outil créé par des parents pour dénoncer les discriminations

Une file de jeunes élèves qui marchent derrière un adulte dans une école.

De nombreux incidents racistes dont sont victimes les personnes noires dans les écoles ne sont pas documentés par l'administration scolaire selon le groupe Parents of Black Children Canada.

Photo : CBC/Evan Mitsui

Le groupe Parents of Black Children Canada (PoBC), créé en Ontario, lance un outil en ligne pour permettre aux enseignants racisés et leurs alliés de rapporter les discriminations raciales subies ou observées dans les milieux scolaires du pays.

C’est vraiment pour donner une fenêtre à la population et au gouvernement sur ce qu’on vit dans les écoles, explique l’une des fondatrices de PoBC, Charline Grant.

L’organisme partagera les données recueillies de façon régulière. Il servira principalement à faire le suivi des enseignants victimes d'actes racistes, mais restera ouvert à l'ensemble de la communauté scolaire y compris les parents.

Les enseignants qui dénoncent le racisme sont souvent victimes de représailles ensuite, soutient Charlene Anthony, une autre membre de BoPC.

Elle raconte que certains enseignants racisés ou alliés voient leurs avancements professionnels limités lorsqu’ils dénoncent des situations racistes. L’organisme aurait reçu plusieurs signalements en ce sens depuis sa fondation en 2019.

Les témoignages sur le portail sont anonymes. BoPC assure que les données seront préservées de manière sécuritaire.

Nous voulons montrer à quoi ressemble le racisme derrière les portes closes, indique Mme Anthony.

Les fondatrices de BoPC affirment que la plupart des conseils scolaires en Ontario n’arrivent pas à faire efficacement le suivi des incidents racistes anti-Noirs dans leurs institutions, d’où l’importance de l’outil créé par l’organisme.

On ne peut pas laisser les conseils scolaires faire eux-mêmes la police au sein de leur propres institutions, sinon ça devient de la communication publique...On demande plus de transparence, explique Charline Grant de BoPC.

Des conseils scolaires réagissent

Plusieurs conseils scolaires ontariens affirment toutefois avoir mis en place des mécanismes pour rassembler ce genre de données.

Au Conseil scolaire public anglais de Toronto (TDSB), un portail de données sur tous les incidents considérés comme haineux a été mis en service au début de l’année scolaire.

Une porte-parole du TDSB indique néanmoins que le conseil scolaire est toujours prêt à ajouter de nouveaux outils pour faire face au racisme et que le conseil est ouvert à tous commentaires pour améliorer son propre portail.

Au Conseil scolaire public anglais de Peel (PDSB), les parents peuvent rapporter des incidents racistes au bureau du commissaire aux droits de la personne du conseil.

La première phase d’un système obligeant les employés du conseil à rapporter tous incidents racistes sera aussi mise en place cette semaine.

C’est une des étapes que le conseil scolaire de Peel prend afin de créer une culture de transparence et d’imputabilité, affirme une porte-parole du conseil par courriel.

Du côté du Conseil scolaire catholique MonAvenir, un mécanisme pour dénoncer l’intimidation existe depuis plusieurs années. Il suffit d’envoyer un courriel au Service des relations corporatives du conseil.

Nous prenons cela très au sérieux et assurons le suivi, ajoute Virginie Oger, conseillère aux communications à MonAvenir.

Quant au conseil scolaire public Viamonde, il ne dispose pas actuellement d’un tel outil informatisé. Plusieurs scénarios en ce sens sont actuellement à l’étude.

Nous étudierons toutes les possibilités afin de répondre aux attentes de notre communauté sur ce sujet essentiel afin de favoriser l’inclusion et l’équité au sein du Conseil, pour nos élèves et les membres du personnel, écrit Julie Vanghelder, porte-parole à Viamonde.

Le gouvernement de l'Ontario obligera la collecte de données. Le Ministère de l'Éducation affirme comprendre que le racisme est un enjeu qui doit être mesuré et quantifié pour que les autorités puissent s'y attaquer efficacement.

Le gouvernement fera en sorte que les conseils scolaires collecteront et publieront ce genre de données afin de créer de l'imputabilité et de la transparence, fait savoir une porte-parole du ministère.

Pour témoigner de votre expérience sur le nouveau portail de BoPC, c’est ici. (Nouvelle fenêtre) 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !