•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Santé mentale : une enquête publique réclamée après le suicide de Lexi Daken

Lexi Daken, souriante, dans un parc.

Lexi Daken s'est enlevé la vie quelques jours après avoir demandé de l'aide, à Fredericton.

Photo : Gracieuseté/Chris Daken

Radio-Canada

Au Nouveau-Brunswick, le Parti vert demande une enquête publique après le suicide d'une adolescente qui tentait d'obtenir de l'aide en santé mentale. À Fredericton, de nombreuses voix s'élèvent pour demander, une fois de plus, davantage de ressources en santé mentale.

Le chef du Parti vert du Nouveau-Brunswick, David Coon, réclame la tenue d'une enquête publique sur la gestion de la problématique du suicide chez les jeunes par divers services d'urgence de la province.

Le cri d'alarme de David Coon survient après la mort de Lexi Daken survenue mercredi, le 24 février, à l'Hôpital Dr. Everett-Chalmers de Fredericton.

Les objets sont dans la neige devant de grandes photographies de l'adolescente.

Des gens ont déposé des fleurs, des chandelles et des cartes devant l'édifice de l'Assemblée législative, dimanche soir, en mémoire de Lexi Daken.

Photo : CBC/Gary Moore

Après avoir attendu pendant huit heures à l'hôpital pour pouvoir parler à un psychiatre, l'adolescente de 16 ans a été renvoyée chez elle avec une ordonnance lui permettant un suivi de son état.

Quelques jours plus tard, Lexi Daken a mis fin à sa vie. Ses parents ont dénoncé les failles du système de santé.

C'est nécessaire d'avoir une enquête publique pour assurer que les gens du Nouveau-Brunswick aient l'occasion de comprendre les enjeux et la situation qui s'est passée avec Lexi et les autres et demander au gouvernement de faire les actions nécessaires, croit David Coon.

David Coon répond aux questions du journaliste.

Le chef du Parti vert du Nouveau-Brunswick, David Coon (archives)

Photo : Radio-Canada / Mikael Mayer

David Coon souhaite aussi que des actions immédiates soient prises par le gouvernement, notamment en offrant des soins de santé mentale dans des cliniques sans rendez-vous.

Le gouvernement de Blaine Higgs a annoncé, la semaine dernière, la création de 14 cliniques de santé mentale sans rendez-vous au Nouveau-Brunswick. Elles ouvriront cependant leurs portes seulement au moins d'octobre.

Les libéraux demandent plus de psychologues

Les libéraux demandent davantage de ressources en santé mentale. Ils proposent notamment d'offrir des salaires plus intéressants aux psychologues afin d'en attirer davantage dans la province.

Le député de Moncton-Centre, Rob McKee, déplore le manque d'investissement en santé mentale.

Il y a un manque de personnel et ça date depuis longtemps, en 2009 on demandait un plan compréhensif sur le personnel, on n'a pas suivi ces recommandations avec une enveloppe budgétaire appropriée, déplore-t-il.

Pour obtenir de l'aide :

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !