•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Du transport scolaire est annulé en Outaouais, faute de chauffeurs

Un autobus scolaire

Près d'un millier de parents du CSSPO ont accepté d'emmener leurs enfants à l’école cette année (archives).

Photo : Radio-Canada / Martin Bilodeau

Radio-Canada

En raison d’un manque de chauffeurs, des circuits d’autobus scolaire en Outaouais ont été annulés au cours des dernières semaines.

Une lettre a été envoyée vendredi dernier aux parents du Centre de services scolaire des Portages-de-l'Outaouais (CSSPO) pour les informer du manque de conducteurs et conductrices d’autobus pour desservir tous les circuits.

En entrevue à l’émission Les matins d’ici, le directeur général adjoint du CSSPO Stéphane Lacasse a expliqué que la pandémie a accentué la pénurie.

On a fait face à des démissions, puisqu’on avait des conducteurs qui sont des personnes âgées de plus 60 ans, a-t-il raconté. Dans le contexte de la pandémie, ils se sont demandé si c’était encore ce qu’ils souhaitaient faire.

La capacité des autobus a été réduite en raison de la COVID-19 et près d'un millier de parents ont accepté d'emmener leurs enfants à l’école.

Selon le CSSPO, la pénurie dans le domaine touche l’ensemble du Québec depuis plusieurs années. Le Centre assure que les circuits ne sont annulés qu’en dernier recours.

Lorsqu’il y a un autobus qui prend la route le matin, souvent [il] va faire une, parfois deux, même on va se rendre parfois à trois circuits différents pour un même autobus, a soutenu le directeur général adjoint.

M. Lacasse a aussi souligné que des entrepreneurs en transport scolaire sont qualifiés pour la formation de nouveaux chauffeurs.

Il y a parmi leur personnel [des gens] qui ne sont pas nécessairement des conducteurs attitrés, mais qui ont leur permis pour conduire un autobus scolaire. […] Ils vont venir conduire pour certains trajets qui auraient des difficultés, a indiqué M. Lacasse. Il s’agit entre autres de personnes qui travaillent dans les ateliers mécaniques ou encore des cadres d'entreprises.

Le CSSPO s’attend tout de même à de nouvelles annulations à court terme. On est en train de regarder avec les compagnies de transport aussi tout ce qu'il faut faire pour le recrutement, a mentionné M. Lacasse.

De son côté, Autobus Campeau mentionne, dans un courriel envoyé à Radio-Canada, devoir composer avec un manque de main-d’œuvre. Nous sommes en recherche active de chauffeurs et nous invitons tous ceux qui en auraient l’intérêt d’entrer en contact avec nous rapidement sur notre site web, peut-on lire.

Autobus Campeau dessert entre autres plusieurs établissements du CSSPO, du Centre de services scolaire des Draveurs (CSSD) et du Centre de services scolaire au Cœur-des-Vallées, en plus des Consortiums de transport scolaire d'Ottawa et de l'Est.

Même situation au CSSD

Le CSSD est aux prises avec le même problème. Plusieurs parcours ont été annulés dans la semaine du 22 février.

Nombre de parcours annulés dans la semaine du 22 février :

  • Lundi 22 février : 3
  • Mardi 23 février : 10
  • Mercredi 24 février : 4
  • Jeudi 25 février : 6

Source : Centre de services scolaire des Draveurs

Le Centre explique qu'il est difficile pour les entreprises de transport scolaire de remplacer leurs chauffeurs qui s'absentent du travail.

Face au difficultés des entreprises, le CSSD se dit compréhensif. Il remarque cependant que le défi est plus important chez Autobus Campeau que chez les autres entreprises de transport qui desservent ses établissements scolaires.

Lorsqu'il y a une annulation, c'est aux établissements scolaires de communiquer avec les parents. Un nouvel outil, Alertes texto, a été lancé depuis peu au CSSD. Les parents peuvent donc recevoir des communications importantes par message texte concernant notamment le transport scolaire, mais aussi toute autre situation particulière.

Au début de l’année scolaire, 800 à 1000 élèves du CSSD se trouvaient sans transport scolaire en raison du manque d'autobus. La situation est depuis revenue à la normale.

La reconstruction de l’école Mont-Bleu avance, selon le CSSPO

Par ailleurs, selon le CSSPO, le projet de reconstruction de l’école secondaire Mont-Bleu avance si bien que 4 % des travaux seraient déjà terminés.

Tout ce qui était la démolition, la décontamination de l’école, une grande partie de la réfection de la toiture, c’est terminé, a affirmé M. Lacasse.

Des projets qu’il qualifie de majeurs sont à l’horizon, selon lui. On refait les murs, on refait les séparations des salles de classe, on relocalise les locaux, on amène de la lumière naturelle à l’intérieur de l’école aussi.

C’est en 2022 que l’école, lourdement endommagée lors du passage de tornades en septembre 2018, devrait à nouveau accueillir des élèves.

Depuis décembre 2018, les 1632 élèves fréquentent un immeuble appartenant au gouvernement fédéral, le Centre Asticou, de façon temporaire.

La facture globale, qui comprend notamment les travaux, les déménagements et la location du Centre Asticou, est évaluée à 80 millions de dollars.

Avec des informations de Rémi Authier et Rosalie Sinclair

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !