•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Empoisonnement de Navalny : Washington annonce des sanctions contre Moscou

Alexei Navalny.

Le leader de l'opposition russe Alexei Navalny au tribunal du district Babuskinsky à Moscou, samedi 20 février 2021.

Photo : Associated Press / Alexander Zemlianichenko

Associated Press

L'administration Biden a annoncé mardi des sanctions contre des responsables et des entreprises russes liés à l'empoisonnement et à l'emprisonnement du chef de l'opposition Alexei Navalny.

Lorsqu'ils ont révélé les sanctions, les hauts responsables de l'administration n'ont pas identifié les responsables russes qui y figuraient. L'administration Biden a également annoncé des sanctions pour 15 entreprises, dont la plupart étaient impliquées dans la production d'agents biologiques et chimiques.

Cette décision serait la première de plusieurs mesures prises par l'administration du président américain pour répondre à un certain nombre d'actions déstabilisantes, a mentionné l'un des responsables de l'administration, qui a informé les journalistes à condition qu'il ne soit pas identifié davantage.

Les sanctions sont les premières à être prises contre la Russie par l'administration Biden, qui s'est engagée à défier le président Vladimir Poutine pour des attaques présumées contre des personnalités de l'opposition russe et le piratage à l'étranger, y compris des agences gouvernementales et des entreprises américaines.

L'ancien président Donald Trump parlait plutôt avec admiration de Poutine et résistait aux critiques et aux nombreuses sanctions proposées contre le gouvernement russe.

L'administration Biden a coordonné les sanctions avec l'Union européenne (UE), qui en avait déjà imposé un petit nombre à des responsables russes et devrait en annoncer davantage. Certains groupes de défense des droits ont reproché à l'UE de ne pas avoir ciblé les plus importants responsables russes prétendument impliqués.

L'administration Biden avait prévu depuis des semaines des actions contre la Russie. Outre les sanctions en lien avec l'affaire Navalny, des responsables ont évoqué que l'administration prévoyait répondre prochainement au piratage massif par la Russie d'agences gouvernementales fédérales et de sociétés privées qui ont mis à nu les vulnérabilités de la chaîne d'approvisionnement informatique et révélé des secrets potentiellement sensibles aux espions d'élite du Kremlin.

Après des mois de convalescence en Allemagne à la suite d'un malaise en août, Alexei Navalny est rentré chez lui à Moscou en janvier et a été arrêté à son arrivée pour violation présumée de la libération conditionnelle.

La détention de l'homme de 44 ans a déclenché des manifestations partout en Russie. La police a arrêté des milliers de manifestants. Les autorités ont transféré le chef de l'opposition dans une colonie pénitentiaire pour commencer à purger une peine, ce que les groupes de défense des droits ont qualifié de procès-spectacle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !