•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : 966 nouveaux cas et 11 morts en Ontario

Il y a 262 nouvelles infections dans les écoles mardi.

Un panneau au-dessus de l'autoroute portant le message : « Restez chez vous, COVID-19 ».

Un ordre de rester à la maison est toujours en vigueur à Toronto et dans les régions de Peel et de North Bay.

Photo : Radio-Canada / Michel Aspirot

Radio-Canada

Le nombre de nouveaux cas de COVID-19 en Ontario baisse sous la barre des 1000, mais le dépistage demeure faible et les hospitalisations sont à la hausse.

Santé publique Ontario confirme 966 nouvelles infections mardi.

Toronto en recense 253 et la région de Peel, 223, suivie de celle de York (+99) et d'Ottawa (+64).

Parmi les autres régions les plus touchées : Waterloo (+46), Thunder Bay (+39), Simcoe Muskoka (+36), Durham (+34), Halton (+32) et Windsor-Essex (+23).

La moyenne des nouveaux cas par jour dans la province au cours des 7 derniers jours baisse légèrement, à 1098.

Moins de 30 800 tests de dépistage ont été effectués dans la province au cours des dernières 24 heures, alors que les laboratoires affiliés à la province peuvent analyser 70 000 échantillons par jour.

Le taux de positivité des tests est de 2,9 %.

Hospitalisations

Il y a 18 hospitalisations de plus mardi, pour un total de 677.

  • Nombre de patients aux soins intensifs : 284 (+4)
  • Nombre de patients sous respirateur : 189 (+14)

Il y a 979 nouvelles guérisons. Le nombre de cas actifs diminue légèrement pour s'établir à 10 546 (-24).

Cas dans les écoles

La santé publique fait état de 262 infections de plus en milieu scolaire, y compris 231 touchant des élèves.

Le ministère de l'Éducation précise qu'il s'agit des cas compilés dans les écoles de vendredi à 14 h à lundi à 14 h, donc pas en une seule journée.

À l'heure actuelle, 640 écoles ont un cas déclaré, soit un peu plus de 13 % des écoles de la province.

Vingt-trois écoles sont présentement fermées à cause d'une éclosion.

Variants préoccupants

Le nombre de nouveaux cas confirmés des variants, des mutations plus contagieuses du coronavirus, augmente légèrement dans la province.

  • Nombre de cas confirmés du variant britannique : 542 (+7)
  • Nombre de cas confirmés du variant sud-africain : 27 (inchangé)
  • Nombre de cas confirmés du variant brésilien : 3 (inchangé)

Il y a 11 morts de plus, mardi, pour un total de 6997 depuis le début de la pandémie.

Le bilan des cas de COVID-19 est de 302 805 dans la province.

Éclosions dans les foyers

Le nombre de centres de soins de longue durée faisant face à une éclosion passe sous la barre des 100, se chiffrant mardi à 97 (-9), soit 15,5 % des foyers pour aînés de la province.

Il y a au moins 2 décès de plus parmi les résidents, mais aucune nouvelle infection.

En revanche, il y 4 cas de COVID-19 de plus chez les employés.

Vaccination

Un peu plus de 22 300 doses des vaccins contre la COVID-19 ont été administrées au cours des dernières 24 heures dans la province.

Certaines régions en Ontario ont commencé, lundi, à vacciner les 80 ans et plus.

À London, la santé publique indique que les 5000 places disponibles au cours des deux prochaines semaines pour les aînés de ce groupe d'âge se sont envolées en moins de deux heures mardi matin. Les autorités ne prennent pas d'autres réservations pour l'instant à cause de l'incertitude entourant l'approvisionnement en vaccins.

Toronto vaccine, de son côté, certains policiers de première ligne et les sans-abri en priorité.

Le portail provincial pour la vaccination de masse doit être mis en ligne le 15 mars. Toutes les régions doivent avoir commencé à vacciner les 80 ans et plus durant la troisième semaine de mars.

Entre-temps, l'Ontario envisage de prolonger à jusqu'à 4 mois, comme en Colombie-Britannique, l'intervalle entre la première et la deuxième dose des vaccins de Moderna et de Pfizer-BioNTech, afin de vacciner le plus de personnes possible.

Selon le Dr Isaac Bogoch, spécialiste des maladies infectieuses et membre du groupe provincial sur la distribution des vaccins, de nouvelles données provenant de différentes sources appuient cette idée.

Nous faisons face à une urgence en santé publique, dit-il, et nombre de gouvernements retardent la deuxième dose. C'est pour ça que vous allez voir un débat sur la question : "Jusqu'à quand la deuxième dose peut-elle être reportée?"

Avec des renseignements fournis par CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !