•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Garde côtière en mode déglaçage de Saguenay à Montréal

Des glaces sur le fleuve Saint-Laurent.

L’opération s’annonce moins laborieuse cette année vu la clémence de l’hiver.

Photo : Radio-Canada

Chaque année, la Garde côtière canadienne entreprend ses opérations de déglaçage printanier sur le fleuve Saint-Laurent. Des brise-glaces et des aéroglisseurs sont en service entre Montréal et Saguenay pour quelques semaines. L’opération s’annonce toutefois moins laborieuse cette année, vu la clémence de l’hiver.

L’objectif est d’éviter que de gros morceaux de glace causent des problèmes, explique le commandant du NGCC Des Groseilliers, Michel Dufresne. Les dates de déglaçage sont prévues en fonction de la température afin d'assurer une navigation sécuritaire jusqu’à Montréal.

L’équipe de déglaçage a été déployée lundi dans le secteur de Trois-Rivières et du lac Saint-Pierre. Il s’agit d’un secteur plus critique, indique le commandant. Il faut briser la banquise côtière en petits morceaux pour éviter que de gros blocs de glace dérivent et bloquent le chenal de navigation.

L'opération est délicate, il faut bien contrôler le volume de glace qu’on envoie sur le fleuve, souligne M. Dufresne à l'émission Première heure.

À l'est de la rivière Saguenay, normalement les conditions de glace se règlent par elles-mêmes, la largeur du fleuve faisant en sorte que la glace s’écoule. Les navires commerciaux ont donc suffisamment d’espace pour éviter les conditions les plus sévères.

Les glaces sous les ponts de Québec et Pierre-Laporte.

Les glaces circulent librement sous les ponts.

Photo : Radio-Canada

Déglaçage des rivières

Des opérations de déglaçage ont aussi lieu sur des affluents du Saint-Laurent afin de prévenir les embâcles et diminuer les risques d'inondation.

Une fois la saison de déglaçage du fleuve terminée entre la métropole et la capitale, un aéroglisseur est habituellement mandaté pour aller déglacer dans le secteur de la Restigouche, pour éviter les inondations dans ce secteur-là, ajoute M. Dufresne.

À compter du 15 mars, le commandant du NGCC Des Groseilliers et son équipage seront envoyés sur le Saguenay pour y mener une opération de déglaçage. Par expérience, il sait qu'ils y seront entre 7 et 10 jours.

L’opération est notamment influencée par les vents. Lorsqu'ils sont favorables, cela accélère le processus tandis que lorsqu'ils ne viennent pas de la bonne direction, la glace ne s’écoule pas comme on veut, précise-t-il.

La Garde côtière rappelle qu’il est dangereux de s’aventurer sur la glace lorsque les brise-glaces ou les aéroglisseurs sont dans les environs puisqu'ils peuvent provoquer des mouvements de glaces et fragiliser la banquise. Toute personne qui aurait laissé du matériel sur la glace est invitée à le rapporter sur la rive.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !