•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des vaccins contre la COVID-19 bientôt offerts en pharmacie au Québec

Manipulation d'une seringue et du vaccin contre la COVID-19.

Au moins 350 pharmacies de Montréal offriront des rendez-vous pour la vaccination à compter du 15 mars.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Les Québécois auront bientôt la possibilité de se faire vacciner contre la COVID-19 dans des pharmacies, a annoncé en conférence de presse le ministre de la Santé, Christian Dubé.

Il y [aura] 350 pharmacies disponibles sur l’île de Montréal pour prendre des rendez-vous à compter du 15 mars. C’est une très très bonne nouvelle. Les lieux […] vont être dévoilés dans les prochains jours, a-t-il dit.

Le projet se met en branle d’abord dans la métropole pour les mêmes raisons que la campagne de vaccination de masse y a débuté plus rapidement : parce que les variants du coronavirus y sont davantage présents, a précisé le ministre.

L’initiative, qui a fait l’objet d’une entente avec l'Association québécoise des pharmaciens propriétaires (AQPP), sera par la suite étendue aux autres régions du Québec, a cependant assuré Christian Dubé.

Plus de 1400 pharmaciens propriétaires vont venir nous aider dans ce processus de vaccination de masse. […] C’est un élément excessivement important dans notre stratégie, qu’on accélère particulièrement pour nous donner un coup de main à Montréal.

Selon le ministre, Québec avait en fait prévu faire appel aux pharmacies au début du mois d’avril, mais a accéléré le tout parce que la proportion de cas attribuables à des variants augmente de façon inquiétante.

En adoptant cette approche, le gouvernement Legault cherche d’abord à rejoindre encore plus d’aînés vulnérables, visés en priorité par la campagne de vaccination.

Cela lui permet aussi d’avoir plus de vaccinateurs, et donc d’augmenter ses capacités pour les semaines et les mois à venir, soulageant du coup les autres ressources du réseau de la santé.

Le ministre Dubé a aussi fait savoir que des mesures sont en préparation avec les CIUSSS et les CISSS pour s’assurer de vacciner à domicile les personnes qui sont incapables de se déplacer.

Il s'est par ailleurs dit étonné de la réaction qu'a suscitée la possibilité de mettre sur pied un passeport vaccinal. Il a dit que cet outil ne causerait pas d'intrusion dans la vie des citoyens.

Clic Santé

Plus tôt en matinée, le président de l'Association québécoise des pharmaciens propriétaires (AQPP), Benoit Morin, avait indiqué que les clients qui veulent se prévaloir de cette option pourront prendre rendez-vous par l'entremise de Clic Santé, comme c'est le cas pour les autres centres de vaccination.

Les pharmacies communautaires vont être identifiées comme un centre de vaccination et elles suivront la même séquence pour vacciner les patients les plus vulnérables dans l’ordre qui a déjà été établi par Québec.

La vaccination en pharmacie, c’est la même chose que quand vous vous faites vacciner dans le réseau public. Il n’y a pas de frais pour le patient. C’est gratuit.

Une citation de :Benoit Morin, président de l'Association québécoise des pharmaciens propriétaires

Le vaccin offert en pharmacie sera celui de Moderna, plus facile à transporter et à entreposer que celui de Pfizer-BioNTech. D'autres vaccins pourraient aussi être offerts à terme.

Ça aurait été impossible de vacciner avec le Pfizer-BioNtech, parce que c’est un vaccin qui demande une congélation extrême, ce qu’on n'a pas comme équipement en pharmacie, a expliqué M. Morin.

Benoit Morin a cependant précisé que quiconque peut recevoir un vaccin contre la COVID-19 avant le 15 mars devrait saisir sa chance, sans attendre que les pharmacies puissent le faire à leur tour.

Le plus tôt est toujours le mieux en termes de vaccination. [...] N’attendez pas. [Si vous avez] la possibilité d’y aller avant, allez-y.

Une citation de :Benoit Morin, président de l'Association québécoise des pharmaciens propriétaires

Par contre, si éventuellement c’est rendu à votre rang, la pharmacie communautaire représente une bonne option, et peut-être plus conviviale pour les patients, ajoute le président de l'AQPP.

Les pharmaciens ont le droit de vacciner des clients depuis l'adoption, en mars 2020, dela Loi modifiant principalement la Loi sur la pharmacie afin de favoriser l'accès à certains services.

Des pharmaciens ont depuis participé à la campagne de vaccination contre la grippe saisonnière, ce qui, selon Benoit Morin, aura eu l'effet d'une bonne répétition pour celle contre la COVID-19.

La Fédération des pharmaciens du Québec avait réitéré, il y a quelques jours à peine, que ses membres étaient prêts à mettre l'épaule à la roue pour la campagne de vaccination.

Elle estimait que ses établissements auraient la capacité d’injecter 100 000 à 125 000 doses de vaccin par semaine dans la province.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !